Défense
URL courte
416
S'abonner

Le commandement militaire américain a interdit à ses soldats d’utiliser des applications de fitness dans les zones de guerre car les outils de géolocalisation qu’elles utilisent peuvent révéler les emplacements des troupes, relate The Associated Press en se référant à un document du Pentagone.

Le Pentagone a émis un nouvel ordre selon lequel les militaires déployés sur des bases sensibles et dans des zones de guerre ne seront plus autorisés à utiliser des applications de suivi de la condition physique ou celles des téléphones portables pouvant révéler leur position, annonce l'agence The Associated Press en se référant à un document de la Défense US.

L'interdiction porte notamment sur des dispositifs de suivi de la condition physique ou d'autres appareils électroniques, étant souvent liés à des applications de téléphonie mobile et qui peuvent fournir les détails GPS des utilisateurs aux réseaux sociaux.

Le document indique entre autres que les gadgets en question, permettant de localiser un individu, présentent un risque important pour le personnel militaire, de sorte que celles-ci doivent être désactivées dans certaines zones opérationnelles.

En vertu de ce nouvel ordre, il appartiendra aux chefs militaires de déterminer si les troupes sous leur commandement peuvent utiliser la fonction GPS sur leurs appareils, en fonction de la menace à la sécurité dans une zone ou sur une base, a conclu The Associated Press en précisant que la copie du mémo qu'elle a obtenu avaient été signé vendredi.

 

Lire aussi:

Covid en France: le nombre journalier de contaminations et de décès en légère baisse
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
L’Allemagne «préoccupée» par le sort de la société civile en Russie: Moscou répond
Tags:
smartphones, application, GPS, militaires, santé, fitness, sport, Pentagone, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook