Défense
URL courte
515
S'abonner

Soucieux de renforcer le «bouclier antimissiles» de son pays, le ministère japonais de la Défense demande, pour l'année 2019, un budget record de 48 milliards de dollars.

Le ministère japonais de la Défense veut demander un budget record de 48 milliards de dollars pour 2019, ce chiffre étant supérieur de 905 millions de dollars à celui prévu pour l'année en cours, annonce le quotidien The Japan Times.

Selon ce dernier, cette augmentation est liée à l'intention du gouvernement japonais de déployer deux systèmes antimissiles Aegis Ashore fabriqués par la société américaine Lockheed Martin. Chaque nouveau radar installé sur ces systèmes coûterait près de 2,2 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation de près de 400 millions de dollars par rapport au prix des systèmes Aegis Ashore accepté par le Japon en décembre 2017.

Selon les militaires japonais, la raison principale du déploiement de ces systèmes est la menace qui émane de la Corée du Nord, malgré la rencontre du 12 juin entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Pour rappel, le 14 août, le Président Trump a signé budget militaire record lui aussi, chiffré à 713 milliards de dollars et dépassant de 33 milliards de dollars la somme initialement demandée par le Pentagone.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déjà réagi en déclarant que «l'augmentation sans précédent du budget militaire (…) porte une action destructrice sur le système existant de la sécurité internationale» et a promis qu'elle serait prise en compte par les dirigeants russes lors de la planification militaire.

Lire aussi:

Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Suspecté d’avoir tenté de tuer sa compagne, il s’engage dans une course-poursuite avec les forces de l’ordre
Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Tags:
budget militaire, Aegis Ashore, ministère japonais de la Défense, Kim Jong-un
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook