Défense
URL courte
4310
S'abonner

La Russie met au point de nouvelles bombes anti-sous-marines, dont l'efficacité dépasse celle de la Zagon 2E, capable de localiser seule son objectif et de le détruire.

La Russie met actuellement au point de nouvelles armes anti-sous-marines, a annoncé à Sputnik le PDG du groupe Techmach Vladimir Lepine.

«On est en train de mettre au point des nouvelles armes anti-sous-marines dont les caractéristiques sont supérieures à celles de la bombe Zagon-2E», a déclaré le responsable.

La bombe Zagon-2E, larguée en parachute, est capable de rester «suspendue» au-dessus l'eau pendant quatre minutes. Pendant ce temps, sa tête acoustique sonde les eaux jusqu'à une profondeur de 600 mètres pour déceler la présence d'un sous-marin.

Pour percer n'importe quelle coque, un dispositif contenant 35 kg de TNT est pleinement suffisant. L'adversaire n'a pas suffisamment de temps pour réagir, la bombe plongeant à une vitesse de 18 mètres par seconde et sans émettre le moindre son. C'est pour cela qu'elle est plus dangereuse que n'importe quelle torpille moderne.

«Les constructeurs ont réussi à multiplier par trois l'efficacité de la bombe Zagon-2E par rapport à son prédécesseur Zagon-1, et ceci en divisant son coût par trois», a souligné le PDG de Techmach, le groupe qui a mis au point cette arme redoutable.

La bombe pèse 120 kilos, est longue de 1,5 mètre et son calibre est de 232 millimètres. Elle est dotée d'un mécanisme d'autodestruction qui la fera exploser si elle ne trouve pas son objectif au bout d'un certain temps.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des passagers maîtrisent un homme avec une crosse dépassant de son sac dans le TER
Mort de Giscard d'Estaing: Macron salue un homme «politique de progrès et de liberté», les hommages se multiplient
Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Tags:
bombe, armes conventionnelles, Zagon-2E (bombe), Techmash, Vladimir Lepine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook