Ecoutez Radio Sputnik
    Exercices militaires

    Vostok 2018: les plus grands exercices depuis l'époque de Brejnev annoncés

    © Sputnik . Pavel Guerassimov
    Défense
    URL courte
    15483

    L'armée russe lancera en septembre les exercices de très grande envergure Vostok 2018, impliquant des centaines de milliers de miliaires et un nombre très important de matériel.

    Près de 300.000 militaires, 36.000 blindés, plus de 1.000 avions, hélicoptères et drones participeront aux exercices Vostok 2018, qui seront les plus grandes manœuvres en Russie depuis les exercices Zapad 81, a annoncé aux journalistes le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

    Selon lui, la Russie n'a pas tenu d'exercices d'une telle envergure depuis 1981.

    «Les manœuvres rappellent dans une certaine mesure les exercices Zapad 81, mais elles ont encore une plus grande envergure. Les exercices impliqueront plus de 1.000 appareils aériens, près de 300.000 militaires qui s'entraîneront sur tous les polygones des districts militaires du Centre et de l'Est. Les Flottes russes du Pacifique et du Nord y participeront également, sans compter les Troupes aéroportées, naturellement», a indiqué le ministre.

    «Imaginez 36.000 blindés en mouvement simultané, s'agissant de chars, de véhicules blindés de transport de troupes, de véhicules de combat d'infanterie qui se déplacent dans les conditions rappelant au maximum le combat », a détaillé Sergueï Choïgou.

    Les exercices Vostok 2018 se tiendront du 11 au 15 septembre 2018. Ces manœuvres ont obtenu un statut international puisqu'elles impliqueront à une étape donnée des unités en provenance de Chine et de Mongolie.

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Le ministère de la Défense annonce la mort de trois militaires russes en Syrie
    Tags:
    Vostok-2018 (exercices stratégiques), Sergueï Choïgou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik