Défense
URL courte
16406
S'abonner

La Commission du Pentagone évaluant le projet de chasseur F-35 de cinquième génération a requalifié sans raison apparente un grand nombre d’insuffisances techniques, les faisant ainsi passer de «critiques» à «secondaires», relate l’ONG Project On Government Oversight (POGO), se référant à un dossier militaire.

Le Government Accountability Office, l'organisme d'audit, d'évaluation et d'investigation du Congrès des États-Unis chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral des États-Unis, a fait part en juin dernier de 966 «défaillances techniques évidentes» dans le projet de création du chasseur F-35 de cinquième génération.

Plus de 110 d'entre elles étaient de la première catégorie, c'est-à-dire pouvant «porter atteinte à la fiabilité, à la sécurité ou à d'autres exigences critiques» lors de la mise en service du chasseur.

Mais d'après l'ONG POGO, la Commission du Pentagone chargée de l'évaluation du projet a requalifié de la première à la deuxième catégorie au moins 19 défaillances techniques, y compris celles concernant le système d'alerte destiné à éjecter le pilote en cas d'urgence.

Ainsi, la Commission n'a semble-t-il aucune intention de corriger au moins une dizaine de ces défaillances requalifiées.

Selon l'auteur du rapport publié par POGO, Dan Grazier, les responsables du projet chercheraient ainsi à «se débarrasser» des carences critiques du chasseur F-35 dans la perspective d'une production en série, dont l'idée sera débattue courant octobre 2019.

Lire aussi:

En misant sur la seule vaccination, la France s'expose à plusieurs risques, selon un épidémiologiste
Drogues, prostitution, politique: l’ordinateur de Hunter Biden, une boîte de Pandore?
L’explosion sur le site nucléaire iranien a été organisée par Israël, affirment le renseignement US et l’Iran
«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Tags:
défense, chasseur, F-35 Lightning II, Pentagone, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook