Défense
URL courte
16354
S'abonner

Un ancien chef d’état-major de la marine britannique a affirmé que le Royaume-Uni n’avait pas assez de navires pour patrouiller ses eaux, tout en mettant en garde contre des conséquences «désastreuses» une fois que le Brexit sera effectif.

L'amiral Alan William John West, un officier supérieur à la retraite de la Royal Navy, se dit inquiet du fait qu'un nombre «insuffisant» de navires britanniques a été impliqué lors de récents affrontements entre pêcheurs britanniques et français au sujet des coquilles Saint-Jacques, relate le journal The Independent.

En effet, des roches et des bombes fumigènes ont été lancées sur des navires de pêche britanniques dans la Manche lors d'«escarmouches» ayant eu lieu mardi dernier. Les marins français sont mécontents de l'interdiction qui les empêche de récolter des coquilles Saint-Jacques dans les eaux britanniques, tandis que les bateaux de Sa Majesté ont la liberté de pêcher partout.

Lord West a déclaré que cette dispute amère avait révélé l'absence de couverture protectrice et de défauts d'organisation au Royaume-Uni.

«Il est clair que nous n'avons pas suffisamment de navires pour patrouiller les eaux territoriales du Royaume-Uni et notre zone économique exclusive», a-t-il déploré dans une lettre adressée à The Daily Telegraph.

«La coordination des quelques navires dont nous disposons est fragmentée. En théorie, la coordination est assurée par le centre de commandement conjoint des opérations maritimes. Mais ce centre de commandement ne dispose pas d'un seul commandant ayant l'autorité nécessaire pour ordonner aux services du gouvernement de prendre des mesures et, par conséquent, est incapable d'exercer un commandement adéquat», a-t-il ajouté.

Et de prévenir: «Après le Brexit, ce sera désastreux.»

Si le Royaume-Uni quitte l'UE, il deviendra responsable de la patrouille de sa propre zone économique exclusive, plutôt que de faire partager celle-ci avec l'ensemble du bloc. L'accès des membres de l'UE aux eaux britanniques pour la pêche doit encore être négocié dans le cadre des accords sur le Brexit.

Lire aussi:

Une boulette de BFM TV fait voir rouge à Jean-Luc Mélenchon
Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Assassinat du Président algérien Boudiaf: «la prophétie» qui contredit la thèse officielle
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Tags:
navires, Brexit, Royal Navy (Royaume-Uni), Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook