Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Nord Stream 2 serait désormais intouchable

    © Photo. Nord Stream 2/Axel Schmidt
    Défense
    URL courte
    11792

    La construction de la partie maritime de Nord Stream 2 ayant débuté, il y a peu de doutes sur le fait qu’elle sera achevée, informe Forbes. Même le Danemark, qui n’a pas encore autorisé ce projet, ne semble pas avoir de marge de manœuvre.

    Le 5 septembre, le navire Solitaire a commencé la mise en place du gazoduc Nord Stream 2 dans le golfe de Finlande ce qui, selon Forbes, signifie l'inéluctabilité de la réalisation de ce projet. Trois kilomètres de pipelines devant être installés chaque jour, la construction du gazoduc est susceptible d'être achevée d'ici fin 2019.

    Le média indique qu'il y a peu de possibilités légales pour bloquer ce projet. Selon Gazprom, l'approbation de Nord Stream 2 par l'UE n'est pas nécessaire pour sa construction, qui a déjà été autorisée par l'Allemagne, la Finlande et la Suède.

    Le Danemark est le seul pays dont les eaux territoriales doivent être traversées par ce gazoduc qui n'a pas encore donné son autorisation. Mais Nord Stream 2 AG a mis au point un itinéraire de contournement et a commencé la construction sans l'aval danois.

    D'après Forbes, le gouvernement danois peut rejeter la construction du gazoduc dans ses eaux territoriales en évoquant ses préoccupations politiques. Néanmoins, si le gazoduc traverse sa zone économique exclusive, Copenhague ne pourra bloquer sa construction que pour des raisons logistiques, ce qui affectera sa réputation en tant qu'opérateur maritime.

    Le gazoduc Nord Stream 2, qui reliera la Russie à l'Allemagne, aura une capacité de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le projet a un coût estimé à près de 10 milliards d'euros. Les partenaires de Gazprom dans le projet sont Engie, OMV, Shell et deux sociétés allemandes, BASF et Uniper.

    Les États-Unis tentent, quant à eux, de tuer le projet dans l'œuf: le 23 mai, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait déclaré que les États-Unis étaient prêts à «sauver» l'Europe de sa dépendance au gaz russe et avait promis de mettre en œuvre tous les efforts nécessaires pour que le projet Nord Stream 2 ne voie jamais le jour.

    Le 18 août, Vladimir Poutine et Angela Merkel avaient déclaré que Nord Stream 2 qui, selon eux, est rentable sur le plan commercial, devait être protégé contre de «possibles attaques».

    Lire aussi:

    Le danger des sanctions US pèse sur Nord Stream 2, selon The Wall Street Journal
    Stoltenberg à Trump: ce n’est pas à l’Otan de décider du sort de Nord Stream
    La pose des premiers tuyaux du Nord Stream 2 a commencé en Allemagne
    Tags:
    gazoduc, gaz, Nord Stream 2, Gazprom, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Danemark, Suède, Finlande, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik