Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats japonais

    Et si la Russie, la Chine et le Japon formaient une alliance militaire?

    © AFP 2018 Pornchai Kittiwongsakul
    Défense
    URL courte
    18348

    Le Japon devrait bientôt proposer une alliance militaire à la Russie et la Chine face au défi nord-coréen, estime un expert japonais. Le premier jalon de cette coopération serait la participation des militaires japonais aux exercices Vostok 2019.

    Le Japon voudrait participer aux exercices militaires Vostok 2019 conjointement avec la Russie et la Chine, estime Itsuro Nakamuro, politologue et professeur de l'Université de Tsukuba, interrogé par Sputnik à l'issue de la rencontre entre Vladimir Poutine et Shinzo Abe en marge du Forum économique oriental de Vladivostok. Selon lui, cela pourrait poser le premier jalon de la création d'une alliance militaire entre ces trois pays.

    «Les exercices militaires sino-russes en Sibérie et en Extrême-Orient ont actuellement lieu. Dans un futur proche, le Japon entend également y participer», a-t-il déclaré.
    L'expert a souligné que ce n'était pas par hasard si Vostok-2018 se tient au même moment que le Forum économique oriental de Vladivostok.

    Il estime que la question de la participation du Japon sera abordée lors du déplacement du chef de l'état-major interarmées de la force d'auto-défense japonaise en Russie prévu pour octobre.

    «Il discutera de la participation du Japon en septembre prochain. Il s'agira d'exercices militaires tripartites. La Russie, le Japon et la Chine développent déjà une coopération économique. Elle se transformera en coopération militaire», a-t-il ajouté.

    Selon l'expert japonais, c'est la réduction des dépenses américaines pour la défense du Japon et de la Corée du Sud qui pousse Tokyo à chercher d'autres alliés. Il indique que le Japon est préoccupé par deux problèmes: le renforcement militaire chinois et le programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord.

    M. Nakamuro a également comparé le rapprochement entre Moscou, Tokyo et Pékin avec la situation au Proche-Orient.

    «Si, au Proche-Orient, une alliance tripartite se forme entre la Russie, l'Iran et la Turquie à cause du problème syrien, en Extrême-Orient la création d'une alliance pourrait être causée par la Corée du Nord», a-t-il expliqué.

    Néanmoins, l'expert a indiqué qu'un tel scénario n'était possible que si Donald Trump restait au pouvoir aux États-Unis. Dans le cas où un autre Président augmenterait ses dépenses militaires, une telle alliance perdra en attractivité pour le Japon. Mais si les trois pays réussissent à la créer avant un changement de pouvoir à Washington, elle ne pourra être démantelée.

    «Une nouvelle image [du monde, ndlr] sera créée… Les États-Unis ne pourront rien changer», a-t-il résumé.

    Plus vastes manœuvres militaires depuis 40 ans, les exercices Vostok-2018 ont débuté ce mardi 11 septembre en Extrême-Orient. Ce déploiement massif auquel participent les armées chinoise et mongole se prolongera jusqu'au 17 septembre, sous la direction du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou. Il concerne 300.000 militaires, 36.000 véhicules blindés, 80 bâtiments et plus d'un millier d'avions et de drones.

    Lire aussi:

    «Si le Japon achetait des S-400, le problème des missiles nord-coréens serait résolu»
    Vladimir Poutine rappelle l’attitude de la Russie face à la guerre
    Le Japon ne compte plus sur les USA et commence à s'armer
    Tags:
    alliance militaire, nucléaire coréen, exercices militaires, Shinzo Abe, Vladimir Poutine, Chine, Japon, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik