Ecoutez Radio Sputnik
    Oslo, Norvège

    Les secrets militaires norvégiens désormais à la portée de tout le monde?

    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    Défense
    URL courte
    4164

    Une carte numérique publiée par les autorités norvégiennes montre 239 zones d’exclusion aérienne où les drones sont interdits. Elle est consultable et comprend des cartes géographiques et des photos aériennes. Certains experts estiment que cette divulgation pourrait donner un coup de pouce aux services de renseignement étrangers et aux terroristes.

    L'Autorité norvégienne de sécurité nationale (NSM) a publié une carte numérique indiquant les emplacements exacts des installations des forces armées, y compris les antennes sensibles et les installations secrètes.

    La carte montre des marques rouges sur des objets que les autorités avaient précédemment tenté de garder secrets, y compris une installation devant servir de siège du gouvernement en temps de guerre. Plusieurs installations du service de renseignement sont également renseignées avec des coordonnées exactes.

    Alors que l'idée de cette divulgation était de mettre en évidence les zones où la navigation par drone était interdite, elle a déclenché des protestations de la part de certains experts, qui ont suggéré que cette décision compromettait la sécurité nationale de la Norvège.

    «Même une recherche rapide permet de retrouver des objets choisis. Cela est désastreux quand il s'agit de la sécurité opérationnelle. Je ne peux presque pas croire qu'ils l'aient vraiment fait», a déclaré le commandant Svein Jarle Jacobsen, cité par le portail Aldri Mer.

    «Je pense que c'est très problématique et que cette carte n'aurait jamais dû être publiée», a déclaré Stale Ulriksen, chercheur à l'Académie maritime norvégienne, sur la radio nationale NRK.

    «Je comprends qu'il est important d'interdire les drones, mais il me semble que cela a fourni un outil de renseignement très agréable et pratique pour ceux qui veulent infliger des dommages à la Norvège», a-t-il ajouté.

    Ulriksen a expliqué que la carte contenait de nombreuses informations sensibles, ce qui permettrait d'épargner beaucoup de travail aux services de renseignement étrangers. En faisant simplement un zoom avant et en le comparant avec des photos aériennes du lieu, on peut obtenir beaucoup d'informations utiles, a-t-il souligné.

    «Cela donne aux gens l'occasion de se rendre dans ces régions et d'en apprendre davantage sur elles. Ils seront probablement également examinés par des satellites», a déclaré à la NRK l'ancien chef du service de renseignement E14, Ola Kaldager.

    «La carte est nécessaire pour que les particuliers et les entreprises sachent où ils peuvent filmer et photographier depuis les airs, et où ils ne le peuvent pas», a expliqué Frode Skaarnes, directeur adjoint du département de gestion de la sécurité de NSM.

    «Notre carte montre environ 250 points rouges aujourd'hui, mais ils ne disent rien sur ce qui est exactement là et à quoi ces installations sont utilisées», a-t-il ajouté.

    Skaarnes a suggéré que beaucoup de choses avaient changé depuis la Guerre froide, quand une installation militaire avait des raisons d'être tenue secrète.

    «Nier son existence serait très difficile aujourd'hui, car les images satellite sont si facilement disponibles», a souligné M.Skaarnes.

    Lire aussi:

    Des chercheurs japonais ont cartographié la matière noire (vidéo)
    La visite en Russie d’un ex-conseiller de Trump intéresse le FBI
    Quand Pyeongchang «oublie» les îles japonaises sur la carte du monde des JO 2018
    Tags:
    défense antiaérienne, carte, Norvège, Oslo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik