Défense
URL courte
30454
S'abonner

Le Royaume-Uni renforcera sa présence militaire en Norvège, a annoncé le ministre britannique de la Défense. Selon lui, il s’agit d’une réponse à la menace représentée par les sous-marins russes.

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie arctique, le Royaume-Uni entend déployer l'an prochain 800 militaires en Norvège, a déclaré le ministre britannique de la Défense, Gavin Williamson, interrogé par The Telegraph.

Selon le média, le Royaume-Uni veut ainsi surveiller les activités des sous-marins russes en utilisant, entre autres, les avions de lutte anti-sous-marine P-8 Poseidon.

«Nous observons les activités des sous-marins russes à un niveau proche de celui de la guerre froide et nous avons raison de commencer à y répondre», a précisé M. Williamson.

Selon lui, il s'agit de protéger les intérêts britanniques dans «l'arrière-cour» du Royaume-Uni.

«Si nous pouvions revenir dix ans en arrière, beaucoup de gens pensaient que l'ère des activités des sous-marins dans le Grand Nord et dans l'Atlantique Nord ainsi que leur menace avaient disparu avec la chute du mur de Berlin. Mais cette menace a refait surface», a résumé le ministre britannique.

Ces dernières années, les pays de l'Otan ont renforcé leurs activités près des frontières russes. Les plus grands exercices militaires depuis la fin de la guerre froide seront organisés en Norvège du 25 octobre au 23 novembre. Selon le journal Die Welt, plus de 44.000 militaires des pays de l'Otan participeront à ces manœuvres intitulées Trident Juncture-2018.

Lire aussi:

Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un golden retriever joue avec des poussins qui le prennent pour leur mère – vidéo
Un convoi militaire américain aurait été attaqué dans le sud de l'Irak - vidéos
Les gendarmes de l’Ardèche interceptent un étrange véhicule semblable à une Formule 1 – photo
Tags:
sous-marin, militaires, ministère britannique de la Défense, Gavin Williamson, Norvège, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook