Ecoutez Radio Sputnik
    S-300

    Les USA et Israël peuvent-ils copier les S-300 russes?

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Défense
    URL courte
    15384

    Le système de protection de données des S-300 et les mesures de contre-espionnage ne permettront pas aux États-Unis et à Israël de copier les technologies de ce système russe, a indiqué le directeur du Centre d’analyse du commerce d’armes, Igor Korotchenko, sur fond d’informations sur des fuites technologiques possibles des S-300.

    Les États-Unis et Israël ne pourront pas obtenir ou copier les technologies du système russe S-300, est convaincu le directeur du Centre d'analyse du commerce d'armes, Igor Korotchenko.

    «Le système de protection de données et les mesures de contre-espionnage à toutes les étapes de l'élaboration, de la fabrication et des livraisons de ces systèmes permet à la Russie d'être et de rester le propriétaire du savoir-faire des S-300. C'est pourquoi, toutes les spéculations voulant que des technologies aient fuitées vers Israël et les États-Unis ne sont que de l'intox», a-t-il déclaré au centre de presse de l'agence Rossiya Segodnya lors de la table ronde sur la livraison de ces systèmes en Syrie.

    Le 3 octobre, Tzachi Hanegbi, ministre israélien de la Coopération régionale, a indiqué que les chasseurs F-35 d'Israël étaient capables de détruire les S-300 russes déployés en Syrie, parce que l'État hébreu tenait compte des capacités des systèmes. La même considération a été exprimée par le portail The Drive qui a annoncé que les forces aériennes israéliennes s'étaient entraînées à combattre les S-300 grecs.

    L'ex-directeur général du fabricant russe de moyens de défense antiaérienne Almaz-Anteï et concepteur de ce système, Igor Ashurbeyli, a récemment affirmé que Washington avait volé des technologies de fabrication de S-300.

    Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait annoncé le 2 octobre que la Russie avait achevé de livrer des systèmes S-300 à la Syrie et qu'elle avait remis au pays 49 équipements militaires, ajoutant que les spécialistes syriens seraient formés au maniement de ces systèmes au cours des trois prochains mois.

    La livraison des S-300 à la Syrie est intervenue après la destruction le mois dernier d'un Il-20 russe par la défense anti-aérienne syrienne lors d'un raid de l'aviation israélienne. Moscou accuse les forces aériennes de l'État hébreu d'avoir provoqué le tir ayant touché l'appareil russe.

    En 2013, à la demande d'Israël, Moscou avait suspendu ses livraisons de S-300 à la Syrie, mais depuis la situation a évolué, et ce «non par la faute de la Russie» a déclaré Sergueï Choïgou.

    Lire aussi:

    Israël pourrait-il vraiment s’attaquer aux S-300 russes installés en Syrie?
    De nouvelles images de la livraison de S-300 à la Syrie sont publiées
    Israël met en doute les capacités des S-300 livrés en Syrie
    Tags:
    défense antiaérienne, livraisons, espionnage, technologies, Iliouchine Il-20, F-35 Lightning II, S-300, Almaz-Anteï, Igor Ashurbeyli, Igor Korotchenko, Tzachi Hanegbi, Sergueï Choïgou, Washington, Moscou, Syrie, Russie, Israël, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik