Défense
URL courte
14553
S'abonner

Le missile «tueur de satellites» russe, capable de frapper des appareils en orbite terrestre basse testé depuis septembre, pourrait être mis en service d’ici à 2022, indique CNBC se référant à un rapport du renseignement américain consulté par ses sources.

La Russie mettrait en service sa nouvelle arme antisatellite d'ici à 2022, annonce la chaîne de télévision CNBC se référant à trois sources ayant consulté un rapport du renseignement américain.

Il s'agit d'un missile «tueur de satellites», dont la maquette a été repérée fin septembre lors des essais d'un intercepteur russe MiG-31. Selon les sources de CNBC, cette arme est destinée à frapper les satellites de communications et de renseignement déployés en orbite terrestre basse, où le télescope spatial Hubble et la Station spatiale internationale se trouvent.

Un MiG-31
© Sputnik . Pavel Lissitsine
Un MiG-31

Les essais de ce missile lancés en septembre doivent se terminer prochainement, précise la chaîne. La seconde étape aurait lieu en 2019.

Auparavant, des militaires américains cités par des médias avaient fait savoir que le système de satellites de navigation GPS était vulnérable aux possibles attaques russes et chinoises de missiles et de laser. Parallèlement, en avril, le vice-Président américain Mike Pense avait déclaré que Washington s'efforcerait de dominer dans l'espace.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24h depuis des mois
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
orbite, station spatiale, avion, armes, missile, satellite, Hubble, MiG-31, Mike Pence, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook