Défense
URL courte
241433
S'abonner

La Russie a testé le système Tirada-2S capable de mettre hors service des satellites ennemis, annoncent des médias russes se référant à une source au sein du complexe militaro-industriel.

Tandis que la chaîne CNBC a récemment parlé d'un missile russe «tueur de satellites» dont les tests devaient se terminer prochainement, la Russie a testé le système de lutte radio-électronique Tirada-2S destiné à mettre hors service des satellites de communication, indiquent des médias russes.

Le système Tirada-2S a déjà été testé, la commission d'État a donné ses recommandations, a affirmé leur source au sein du complexe militaro-industriel russe sans donner plus de détails.

Mise au point depuis 2001, cette arme déployée au sol pourra désactiver des satellites de communication au moyen de la lutte radio-électronique, précisent les médias russes.

En août, lors du forum Armée-2018 a été signé un contrat de fourniture de systèmes Tirada-2.3 à l'armée russe. Selon le ministère russe de la Défense, les livraisons doivent commencer d'ici à la fin de l'année.

La Russie devrait mettre en service son missile «tueur de satellites», testé depuis septembre, d'ici à 2022, a indiqué CNBC se référant à un rapport du renseignement américain consulté par ses sources.

Auparavant, des militaires américains cités par des médias avaient fait savoir que le système de satellites de navigation GPS était vulnérable aux possibles attaques russes et chinoises de missiles et de laser. En avril, le vice-Président américain Mike Pence avait déclaré que Washington s'efforcerait de dominer Moscou et Pékin dans l'espace.

Lire aussi:

Un ancien ministre de Hollande et Mitterrand entendu sur des accusations de viols sur mineur
Les États-Unis s’abstiennent de partager leurs vaccins anti-Covid avec d’autres pays
Une boule de titane pesant 41 kg et présentant des écritures cyrilliques trouvée sur une plage aux Bahamas
Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Tags:
missile, guerre électronique, essais, satellite, Forum Armée-2018, Mike Pence, Washington, Pékin, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook