Ecoutez Radio Sputnik
    Océan Arctique

    Le Canada préparerait une riposte face à la «menace russe» en Arctique

    © Sputnik . Ilya Timin
    Défense
    URL courte
    16444

    La Marine royale canadienne envisage d’acquérir des frégates britanniques Type 26, un navire permettant de lutter plus efficacement contre les sous-marins et chasseurs ennemis, notamment en Arctique.

    Le gouvernement canadien a annoncé à la mi-octobre sa volonté d'acheter des frégates britanniques Type 26 pour contrer «la menace stratégique russe» en Arctique, relate le portail Defense News.

    «Pour les Canadiens, la guerre sous-marine est un gros problème», a indiqué Bryan Clark, officier de la Marine américaine à la retraite et analyste du Center for Strategic and Budgetary Assessments. «Si on s'inquiète de la menace sous-marine et aérienne russe, le Type 26 est le choix idéal.»

    Le Canada veut acheter jusqu'à 15 frégates pour un coût total de 60 milliards de dollars. La décision finale devrait être prise au cours de l'hiver, selon la Société Radio-Canada.

    L'Arctique fait désormais partie des intérêts territoriaux et militaro-stratégiques de certain pays, a déclaré le 31 août le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

    Selon lui, cela augmente la probabilité d'un conflit dans cette région. Dans ce contexte, Moscou est prêt à prendre les mesures nécessaires. Il a ajouté qu'en dehors de la Russie, les États-Unis, la Chine, l'Allemagne, la Suède et la Corée du sud possédaient aussi des brise-glace en Arctique.

    Pour réagir aux menaces actuelles et futures, la flotte du Nord de la marine russe intensifie sa présence en Arctique dans le cadre d'un plan du ministère russe de la Défense.

    Lire aussi:

    Arctique: la possibilité de conflits augmentant, la Russie se dit prête à réagir
    Une guerre très froide: les USA perdraient-ils la confrontation en Arctique?
    L’efficacité des sous-marins russes évaluée par un amiral US
    Tags:
    sous-marin, défense, Canada, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik