Ecoutez Radio Sputnik
    Le char T-90

    The National Interest fait l'éloge du char russe T-90

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Défense
    URL courte
    5230

    La revue américaine The National Interest estime que seule la Russie a réussi à mettre au point un blindé capable de combattre dans n'importe quelle condition.

    Les chars russes T-90 continuent jusqu'à présent de faire preuve d'une grande endurance et peuvent combattre dans n'importe quelle condition, écrit la revue américaine The National Interest.

    Ce denier indique que l'armée irakienne, équipée de chars américains M,1 n'a pas réussi à empêcher la prise de Mossoul en 2014, alors que les chars russes T-90 continuent de fonctionner efficacement au Proche-Orient.

    «Les chars irakiens M1 Abrams, non seulement n'ont pas réussi à empêcher la prise de Mossoul en 2014, mais ils ont été pris et retournés contre leur propriétaire. Au Yémen, de nombreux chars M1 saoudiens ont été délogés par les combattants houtis», indique la revue.

    Selon elle, les chars russes, équipés d'un blindage solide et de systèmes de protection dynamiques, sont désormais capables de parer les missiles antichars de fabrication américaine, alors que les blindés américains et allemands «brûlent comme des allumettes».

    Le char T-90 est équipe du système de protection Chtora qui fait exploser les missiles antichars avant qu'ils n'atteignent leur cible. De plus, des protecteurs spéciaux peuvent émettre un nuage de fumée pour désorienter les têtes chercheuses des missiles antichars.

    Le T-90, char d'assaut principal de l'armée russe
    © Sputnik .
    Le T-90, char d'assaut principal de l'armée russe

    Lire aussi:

    Rapides, performants, gros: les 10 chars les plus spécifiques de l’histoire (photos)
    Concurrents à l'export mais si rarement comparés: le T-90 vs l'Abrams, au peigne fin
    «Vivaces et meurtriers»: The National Interest énumère 5 atouts des chars russes
    Tags:
    T-90, Abrams M1, Mossoul, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik