Ecoutez Radio Sputnik
    Explosion d'une mine sous-marine

    L'explosion énigmatique de mines sous-marines US au Vietnam enfin expliquée

    © Photo. Public Domain / U.S. Navy photo by Mass Communication 1st Class David R. Krigbaum
    Défense
    URL courte
    5163

    En se penchant sur le mystère des explosions imprévues de mines sous-marines américaines lors de la guerre du Vietnam, des chercheurs américains ont enfin trouvé la clé de l'énigme.

    Des chercheurs de l'université du Colorado à Boulder, en collaboration avec leurs confrères du Centre national d'études atmosphériques des États-Unis, ont prouvé que l'explosion spontanée de mines sous-marines américaines en pleine Guerre du Vietnam avait été provoquée par une tempête géomagnétique, annonce le portail Gizmodo.

    Selon cette étude, un des déclencheurs de l'explosion de ces mines était représenté par le champ magnétique de leur cible, auquel elles réagissaient.
    Or, du 2 au 4 août 1972, l'activité solaire a été très intense, provoquant sur Terre une puissante tempête magnétique qui a perturbé, non seulement les mines, mais également les réseaux électriques et les lignes télégraphiques.

    En 1972, la Marine américaine avait miné plusieurs ports du Vietnam du Nord. Le 4 août, l'équipage d'un avion américain a remarqué des explosions au sud de Hai Phong. Au total, de 20 à 30 mines sous-marines ont explosé en l'espace de 30 secondes.

    Selon des documents déclassifiés de la Marine américaine, des responsables se sont tout de suite penchés sur l'éventualité que ces explosions inattendues aient été causées par l'activité extrême du soleil. Cette hypothèse n'avait toutefois pas pu être démontrée à l'époque.

    Lire aussi:

    Une mine marine de 1.065 kg découverte en plein cœur de Saint-Pétersbourg
    Des astronomes prédisent un puissant orage magnétique
    Armée russe: des robots kamikazes pour lutter contre les blindés ennemis
    Tags:
    mine, Guerre du Vietnam (1955-1975), US Navy, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik