Défense
URL courte
13200
S'abonner

L'armée américaine souffre d'un financement insuffisant qui provoque une pénurie d'effectifs et de matériel, selon la revue américaine The National Interest.

Les sérieux problèmes de l'armée américaine qui font courir aux USA le risque d'une défaite dans une guerre avec la Russie ou la Chine, sont liés à la pénurie de forces et de ressources, annonce la revue The National Interest.

Selon cette dernière, une «crise sérieuse» de la Défense américaine est corrélée avant tout à ce que, pour parer les prétendues «cinq menaces essentielles» que sont la Russie, la Chine, l'Iran, la Corée du Nord et le terrorisme international, Washington a besoin d'un plus grand nombre de troupes, nombre qui est au plus bas depuis le fin de la Seconde Guerre mondiale.

La revue rappelle que plusieurs experts, au sein du gouvernement comme en dehors, ont déjà signalé ce problème. Ainsi, la Marine américaine déclare que, pour accomplir les missions stratégiques de la Défense nationale, elle a besoin de 355 navires de guerre, alors qu'actuellement ils ne sont qu'au nombre de 286. L'armée de l'air, elle, nécessiterait 386 escadrilles, mais n'en dispose que de 312. Quant à l'armée de terre, qui plaide pour un contingent de 500.000 soldats, ses effectifs actuels ne recensent que 476.000 hommes.

La revue souligne que ce sont les coupes infligées au budget militaire qui se sont répercutées sur le nombre de troupes ainsi que sur leur modernisation. Ainsi, le Président Trump a déclaré auparavant, que le budget du Pentagone pour 2020 serait réduit de 4,5 %.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
pénuries, Forces armées des Etats-Unis, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook