Défense
URL courte
7117
S'abonner

Plusieurs pays ont annoncé cette semaine leurs décisions de suspendre leurs ventes d’armes à Riyad en lien non seulement avec le conflit au Yémen mais aussi avec l’assassinat de Jamal Khashoggi. Néanmoins, selon CNN, de nombreux grands fournisseurs n’ont pas l’intention d’annuler leurs contrats avec le Royaume.

La chaîne américaine CNN se référant aux données de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) a publié ce vendredi la liste des pays qui n'ont pas renoncé à leurs ventes d'armes à Riyad malgré la situation au Yémen et l'affaire Khashoggi. D'après ce classement, ce sont les États-Unis qui restent le plus grand fournisseur d'armes à l'Arabie saoudite dont la part dépasse les 60% des importations militaires du pays.

Dans un communiqué publié le 20 novembre, Donald Trump a déclaré que l'annulation des contrats pour les livraisons d'armes à Riyad serait «insensée» puisque la Russie et la Chine pourraient en tirer profit. Il a précisé que l'Arabie saoudite entendait acheter de l'équipement militaire américain pour un montant de 110 milliards de dollars (environ 97 milliards d'euros).

La deuxième place est occupée par le Royaume-Uni avec une part de 23%. Il est suivi par la France dont les livraisons ne représentent que 4% des importations militaires saoudiennes. Les livraisons françaises ont déjà considérablement baissé après 2015 passant de 174 millions de dollars (environ 153 millions d'euros) par an en 2015 à 27 millions de dollars (environ 24 millions d'euros) l'an dernier.

D'après les statistiques citées par CNN, la Russie et la Chine ne représentent qu'une part marginale dans les importations saoudiennes.

Le Danemark et la Finlande ont annoncé jeudi leurs décisions d'arrêter les livraisons d'armes à l'Arabie saoudite en s'ajoutant ainsi à d'autres pays qui ont imposé depuis 2015 des restrictions aux exportations militaires au Royaume sur fond de conflit au Yémen. Le chef de la diplomatie danoise a également lié cette mesure à l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul. La même décision a été prise plus tôt cette semaine par l'Allemagne qui est l'un des principaux fournisseurs d'armes à Riyad.

Lire aussi:

Covid-19, en continu: la France n’est pas «encore au pic épidémique», prévient Véran
Quand La Poste cachait un immense stock de masques en période de pandémie
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif nie les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Tags:
armes, livraisons d'armes, CNN, Donald Trump, Arabie Saoudite, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook