Ecoutez Radio Sputnik
    Le porte-avions américain à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan

    Exercices américains dans le Pacifique occidental: «la Chine n’a rien à craindre»

    © U.S. Navy
    Défense
    URL courte
    11226

    En autorisant, à la veille du sommet sino-américain en marge du G20 en Argentine, le porte-avions américain à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan, accompagné de trois bâtiments, à entrer dans le port de Hong Kong, Pékin a fait un pas vers une détente dans ses relations avec Washington, ont déclaré à Sputnik deux politologues chinois et russe.

    A l'approche du sommet sino-américain en marge du G20, Pékin a décidé de ne pas exacerber les tensions qui caractérisent actuellement ses relations avec les États-Unis et a fait preuve de bonne volonté, en autorisant notamment un porte-avions américain à entrer dans le port de Hong Kong, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Yang Danzhi, du Centre de recherches sur la sécurité régionale à l'Académie des sciences sociales de Chine.

    «La Chine déploie le maximum d'efforts pour canaliser l'évolution de ses relations [avec les États-Unis, ndlr] vers leur détente. Ainsi, l'autorisation donnée par la Chine à l'entrée de bâtiments de guerre américains dans le port de Hong Kong prouve dans une certaine mesure la bonne volonté qu'elle a d'améliorer ses relations avec les États-Unis. Il est évident que cela suppose des démarches similaires de la part de Washington», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que les États-Unis devaient eux aussi respecter les intérêts de la Chine.

    L'autorisation à l'entrée du porte-avions américain dans le port de Hong Kong symboliserait non seulement l'attachement de la Chine à la paix, mais aussi sa certitude en ses propres forces et en la justesse de ses actes, a relevé le politologue russe Igor Chatrov, directeur adjoint de l'Institut national du développement de l'idéologie contemporaine.

    «La Chine n'a rien à craindre. Il se peut même qu'elle soit prête à montrer ses capacités à ses adversaires potentiels. Il n'est pas à exclure non plus que, dans le port de Hong Kong, le groupe de bâtiments de guerre américains rencontre des navires militaires chinois. Ce serait une bonne démonstration de la puissance navale de la Chine et de sa certitude de pouvoir toujours défendre ses intérêts tant en mer de Chine méridionale que dans la guerre commerciale avec les États-Unis», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Malgré l'opposition de Pékin, les États-Unis ont organisé la semaine dernière des exercices militaires aériens, de surface et de lutte anti-sous-marine dans le Pacifique occidental, impliquant deux porte-avions américains, équipés d'environ 150 avions de combat: l'USS Ronald Reagan, basé au Japon, et l'USS John C. Stennis, envoyé depuis la côte ouest des États-Unis.

    Lire aussi:

    Pékin ne laisse pas un navire de guerre US entrer à Hong Kong
    Pékin conseille à Londres d’arrêter de s’ingérer dans les affaires intérieures chinoises
    Pékin: les USA impuissants à changer la réalité de l'appartenance de Taïwan à la RPC
    Tags:
    guerre commerciale, exercices militaires, porte-avions, USS John C. Stennis, USS Ronald Reagan, G20, Sputnik, Igor Chatrov, Yang Danzhi, Mer de Chine méridionale, océan Pacifique, Hong Kong, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik