Ecoutez Radio Sputnik
    Exercice russo-indien Indra-2018

    Exercices Indra-2018: pranayama (respiration) chaque matin pour les militaires

    © Sputnik . Vitali Ankov
    Défense
    URL courte
    3200
    S'abonner

    Des militaires russes et indiens impliqués dans les exercices Indra-2018, apprennent des éléments de la très ancienne gymnastique indienne, le yoga.

    Au cours des exercices Indra-2018, les militaires russes et indiens pratiquent des postures de yoga pendant leur gymnastique matinale, annonce le service de presse du District militaire de l'Est.

    «Dans le cadre des exercices russo-indiens Indra-2018, les instructeurs de formation physique de l'armée indienne enseignent aux militaires russes des éléments du Yoga destinés à développer la capacité de gérer les fonctions psychiques et physiologiques de l'organisme humain», indique le service de presse.

    Selon ce dernier, au cours de la gymnastique matinale, les militaires font d'abord quelques mouvements de pranayama (respiration).

    «Les experts affirment que ces exercices rendent stable la tension artérielle, augmentent l'endurance et améliorent la concentration», ajoute-t-il.

    Par ailleurs, la gymnastique matinale permet aux militaires de devenir plus forts et plus agiles.

    Les exercices Indra-2018 sont tenus du 18 au 28 novembre sur le polygone de Babina situé dans l'Etat d'Uttar Pradesh (nord), impliquant 500 militaires russes et indiens.Il s'agit d'exercices traditionnels menés depuis 2003. L'exercice Indra-2017 s'est déroulé sur le territoire du Primorié (Extrême-Orient russe).

     

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Réponse aux Mistral français: à quoi ressemblera le nouveau porte-hélicoptères russe?
    Tags:
    gymnastique, yoga, Inde, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik