Défense
URL courte
11450
S'abonner

Depuis le début son intervention en Syrie en 2015, la Russie a testé un ensemble de nouvelles armes. Un haut responsable russe a estimé que celles-ci s'étaient avérées «hautement efficaces» en détaillant les équipements concernés.

Le système de missiles tactiques Iskander et les lance-roquettes multiples Tornado-G et Smertch ont prouvé leur haute efficacité au cours des combats en Syrie, a déclaré aux journalistes le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov.

«Le système de missiles Iskander de l'armée de terre ainsi que les lance-roquettes multiples Tornado-G et Smertch ont confirmé leur efficacité», a indiqué le vice-Premier ministre au terme de son voyage en Syrie.

Selon lui, les armes russes dans leur ensemble ont été à la hauteur de leurs hautes caractéristiques au cours des opérations militaires en Syrie.

«Le fonctionnement en combat a confirmé les hautes caractéristiques des armes russes et leurs avantages traditionnels qui sont la simplicité de l'exploitation et la fiabilité», a souligné le vice-Premier ministre.

Les systèmes de missiles tactiques Iskander ont pour vocation d'opérer la destruction des systèmes de défense antimissile et antiaérienne ennemis ainsi que des sites qu'ils protègent. Capables de transporter des ogives nucléaires, ils sont en mesure de frapper des cibles à une distance pouvant atteindre 500 kilomètres.

Le BM-30 Smertch est un lance-roquettes multiples de 300 millimètres capable d'atteindre des cibles sur une superficie de plus de 60 hectares à une portée de 20 à 90 kilomètres. La machine n'est mise en combat qu'environ trois minutes, tandis que pour lancer tous les obus il suffit de 40 secondes.

Lire aussi:

Сoronavirus: un cinquième cas confirmé en France, deux patients en réanimation
«Wallah tu vas plus rigoler»: une femme violemment agressée par un individu dans le métro de Paris – vidéo
Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Tags:
LRM Tornado-G, Iskander, BM-30 Smertch (lance-roquettes), Iouri Borissov, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik