Défense
URL courte
11920
S'abonner

143 millions de dollars. C’est le montant que l’Inde pourrait verser à la France pour plus de 3.000 missiles antichars qu’elle entend obtenir en vue de répondre aux besoins de son armée, a annoncé l’agence Asian News International (ANI).

L'Inde compte obtenir plus de 3.000 missiles antichars guidés français Milan 2T de deuxième génération capable d'atteindre des cibles à une distance de plus de deux kilomètres, relate l'agence Asian News International se référant à une source au sein de la Défense indienne.

Dollars et roubles
© Sputnik . Alexandr Demyanchuk
«Lors d'une réunion de haut niveau au ministère indien de la Défense, la question de l'achat pour des besoins de l'armée de plus de 3.000 missiles antichars guidés de deuxième génération Milan 2T, produits par l'entreprise Bharat Dynamics conjointement avec une société française, sera abordée», a notamment indiqué la source.

Le montant total de l'accord serait d'environ 143 millions de dollars, a précisé ce même interlocuteur.

Selon ANI, l'armée indienne a besoin de quelque 70.000 missiles antichars de plusieurs types ainsi que de 850 lance-missiles.

Comme l'a souligné la source, l'achat de Milan 2T serait une «mesure temporaire» ayant pour objectif de répondre aux besoins des forces militaires jusqu'à ce que l'Inde ne finisse la construction de ses propres missiles antichars guidés de troisième génération.

Les Milan 2T sont des missiles antichars filoguidés français de deuxième génération. Selon des médias, ils sont capables d'atteindre des cibles à une distance de plus de deux kilomètres.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Deux militaires turcs tués dans une frappe à Idlib, 114 cibles syriennes éliminées dans une contre-attaque
Tags:
armée, défense, accord, achat, missiles antichar, New Delhi, Paris, France, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook