Ecoutez Radio Sputnik
    USS Gerald R. Ford (CVN 78)

    Le navire de guerre américain le plus cher toujours inapte au combat?

    CC0 / U.S. Navy / Kristopher Ruiz/ Christopher Delano/ Ryan Litzenberger
    Défense
    URL courte
    14472

    Le bâtiment le plus cher de la Marine américaine, le porte-avions USS Gerald Ford, n’est toujours pas prêt au combat en raison des défaillances de ses catapultes électromagnétiques, fait savoir l’agence Bloomberg.

    Les catapultes électromagnétiques installées à bord du porte-avions USS Gerald Ford ont échoué 20 fois au cours des 740 essais qu'elles ont subis, annonce Bloomberg citant des sources au sein du Pentagone.

    Selon l'agence, les défaillances des catapultes fabriquées par le groupe General Atomics ont été détectées en mai 2017, lorsque ce bâtiment d'une valeur de plus de 13 milliards de dollars (11,3 milliards d'euros) a été mis en service.

    Dans le même temps, des représentants de l'US Navy constatent les «capacités de combat croissantes» du navire et doivent maintenant financer l'élimination des défauts de ses catapultes électromagnétiques, précise Bloomberg. Personne n'a été blessé lors des tests qui se sont terminés par des échecs et la Marine a dû annuler deux lancements prévus.

    Donald Trump s'était auparavant montré sceptique quant aux perspectives d'emploi de catapultes électromagnétiques sur les porte-avions, les jugeant trop coûteuses, et avait recommandé aux militaires de continuer à utiliser des systèmes à vapeur.

    Pourtant, il semble que le Pentagone ait ignoré l'avis du Président: le département de la Défense mise toujours sur des catapultes électromagnétiques malgré leur prix. Au début de l'année 2017, le volume des fonds investis dans la conception et la fabrication de catapultes dépassait déjà 2,3 milliards de dollars (2 milliards d'euros).

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    panne, combat, catapulte, porte-avions, USS Gerald R.Ford, US Navy, Pentagone, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik