Ecoutez Radio Sputnik
    Tir d'un missile Avangard, image d'illustration

    Paris dans le club des détenteurs d’armes hypersoniques: «projet exclusivement ambitieux»

    © Sputnik . The Ministry of Defence of the Russian Federation
    Défense
    URL courte
    15291

    Il est peu probable que le planeur hypersonique que conçoit actuellement la France puisse devenir un analogue de l’Avangard russe, estime un spécialiste, soulignant que celui-ci n’était d’ailleurs pas une arme conçue pour la confrontation. Dans ce choix de l’Hexagone, un autre interlocuteur de Sputnik voit une décision purement ambitieuse.

    La France rejoindra prochainement le club des pays détenteurs d’armes hypersoniques à l’instar de la Chine, des États-Unis ou encore de la Russie qui a lancé en 2018 la production en série de planeurs hypersoniques Avangard et a dévoilé au cours de la même année le missile hypersonique russe Kinjal. Mais qu’est-ce qui pousse la France à se pencher maintenant sur ce projet qui a reçu le nom de V-MaX (Véhicule Manœuvrant eXpérimental)?
    Alexandre Safonov, de l’Académie du travail et des relations sociales, y voit un projet purement audacieux.

    «C’est un projet exclusivement ambitieux. La France suit une telle politique depuis l’époque de [Charles] de Gaulle, lorsqu’elle a par exemple réalisé le projet de sortie de l’Otan. Ainsi, [Emmanuel] Macron poursuit tout simplement cette histoire», estime-t-il dans son commentaire à Sputnik.

    Un analogue de l’Avangrad?

    Prié de comparer ce projet au russe Avangard, le politologue et expert militaire Ivan Konovalov souligne dans son commentaire à Sputnik que, pour le moment, ce planeur russe est un système qui n’a pas d’analogue dans le monde.

    «C’est un bloc d’attaque planant qu’il est impossible d’arrêter», rappelle-t-il, soulignant qu’«il ne s’agit pas d’une arme de confrontation», mais qu’elle est destinée à déjouer la défense antimissile ce qui signifie que le Vieux Continent n’a rien à redouter.

    S’agira-t-il d’une réponse française à l’Avangard russe, comme on peut déjà le lire dans certains médias? Comme l’estime M.Konovalov, si c’est le cas, ce ne sera que par complaisance aux États-Unis.

    La Défense russe publie une vidéo qui montre un tir réel du missile dernier cri Avangard
    © Photo. Ministry of Defence of the Russia Federation
    «Mais je ne voudrais pas que la grande nation française, connue pour ses chefs militaires et grands leaders, se fasse guider par l’américaine», a-t-il encore ajouté.

    À l’instar de trois des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu – la Chine, les États-Unis et la Russie —, la France a décidé de rejoindre elle aussi ce club restreint des pays détenteurs d’armes hypersoniques. «Beaucoup de nations s'en dotent, nous disposons de toutes les compétences pour le réaliser: nous ne pouvions plus attendre», a déclaré fin janvier la ministre française des Armées Florence Parly. D’après cette dernière, il a été décidé de notifier un contrat pour un démonstrateur de planeur hypersonique et le premier test est attendu «d’ici 2021».

    Lire aussi:

    Armes hypersoniques: Washington aurait reconnu son impuissance face à Moscou et Pékin
    Et si l’on comparait les armes hypersoniques US à celles de la Russie et de la Chine?
    Une arme hypersonique russe sèmerait la panique dans les agences de renseignement US
    Tags:
    armes hypersoniques, Kinjal (missile air-air hypersonique), Avangard, Charles de Gaulle, Emmanuel Macron, Chine, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik