Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Malgré la pression des USA, la livraison de S-400 russes à Ankara fixée

    © Sputnik . Grigoriy Sisoev
    Défense
    URL courte
    10542

    Assurant qu'Ankara sera équipée de S-400 en automne comme convenu, un haut responsable russe a révélé l'existence de futurs clients potentiels, «assez surprenants», selon lui.

    La Russie livrera à la Turquie ses systèmes de missiles air-sol S-400 d'ici l'automne, a annoncé le directeur du Service fédéral russe de la coopération militaire et technique, Dmitri Chougaïev, dans une interview accordée au journal Kommersant.

    Le contrat de livraison des S-400 à la Turquie prévoyait également une coopération technologique.

    «Nous sommes prêts à délocaliser la fabrication de certains éléments de ce système. Pour nous, il n'y aura aucun risque de transfert ou de vol de cette technologie sensible», a indiqué le responsable.

    Selon lui, à part la Turquie, une dizaine de pays, sans compter la Chine et l'Inde, espèrent obtenir des S-400 russes.

    «Il s'agit avant tout des pays du Proche-Orient, mais il y a aussi, on s'abstiendra de les nommer pour le moment, certains partenaires assez surprenants», a ajouté le PDG.

    Il a souligné que le pays qui disposait déjà d'autres systèmes de DCA russes, après avoir acheté les S-400, peut «dormir tranquille», s'étant assuré «un bouclier complet et absolument impossible à percer».

    En septembre 2017, la Russie avait annoncé avoir signé un contrat prévoyant la livraison de systèmes de missiles S-400 à la Turquie. Puis, fin octobre, le ministre turc de la Défense nationale avait déclaré que le déploiement de systèmes russes en Turquie devrait débuter en octobre 2019. Au total, la Turquie recevra quatre divisions de S-400 pour la somme de 2,5 milliards de dollars.

    Pour leur part, les États-Unis exercent des pressions sur la Turquie, leur alliée au sein de l'Otan, pour qu'elle renonce à l'acquisition de ces systèmes de défense antiaérienne, menaçant de refuser de lui livrer des chasseurs F-35.

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Zelensky reçoit les félicitations de Macron par téléphone
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    S-400, Dmitri Chougaïev, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik