Ecoutez Radio Sputnik
    Corée du Nord

    De fameux chars légers amphibies disparaîtraient en Corée du Nord sans laisser de traces

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Défense
    URL courte
    10254

    Avec son canon à chargement automatique de 85 mm, d'un poids de 20 tonnes, le fameux char léger amphibie PT-85 ne figure plus dans les défilés militaires à Pyongyang, sans raison apparente… Le quotidien russe Rossiyskaya Gazeta s’en interroge.

    La Corée du Nord, pays le plus fermé du monde, démontre régulièrement ses nombreuses réalisations dans le domaine militaire lors de défilés à Pyongyang, où le char léger amphibie M1985 (plus connu comme PT-85) avait toujours été un participant indispensable, rappelle Rossiyskaya Gazeta.

    Néanmoins, ces derniers temps, ces chars n'apparaissent plus dans les parades militaires, et ne figurent pratiquement pas dans les vidéos des exercices sans raison apparente, poursuit le journal.

    En quoi donc consiste son exclusivité? Créé par la Corée du Nord en 1985, le char léger amphibie PT-85 est équipé d'un canon à chargement automatique de 85 mm D-48, capable de pénétrer 185 mm de blindage. Il a également une mitrailleuse jumelée de 7,62 mm.

    D'un poids de 20 tonnes, il a des moteurs diesel de 500 chevaux, ce qui lui permet de développer une vitesse d'au moins 60 km/h sur autoroute, alors que les réacteurs permettent de naviguer à une vitesse de plus de 10 km/h.

    Pendant longtemps, des experts militaires estimaient que plus d'un demi-million de PT-85 avaient été produits. Toutefois, certains experts ont ajusté ce montant dans le sens d'une diminution significative. Il est possible que seules quelques dizaines d'exemplaires aient été fabriquées.

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Zelensky reçoit les félicitations de Macron par téléphone
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    défilé, char, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik