Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de l'Otan

    La Défense italienne remet en cause le calcul des dépenses militaires de l’Otan

    © AFP 2018 GEORGES GOBET
    Défense
    URL courte
    4302

    Interrogée par le Financial Times, la ministre italienne de la Défense a appelé l’Otan à modifier sa façon de calculer les dépenses militaires en y incluant certains investissements civils. Il peut s’agir pour Rome d’une façon de respecter la demande de Donald Trump que les alliés de Washington consacrent 2% de leur PIB à des fins militaires.

    Elisabetta Trenta, ministre italienne de la Défense et membre du Mouvement cinq étoiles (M5S), a proposé à l'Otan de considérer les investissements visant à renforcer la sécurité civile comme des dépenses militaires. Il s'agit, notamment, des dépenses liées à la cyber-sécurité et à la protection de l'infrastructure énergétique.

    «Il a y des parties de nos dépenses qui sont liées à la défense mais ne figurent pas dans le budget militaire», a-t-elle indiqué dans une interview accordée au journal Financial Times.

    D'après les données de l'Otan, en 2018, l'Italie ne consacrait que 1.15% de son PIB à des fins militaires, loin des 2% réclamés par Donald Trump.

    En 2014, les pays-membres de l'Otan se sont engagés à accroître la part de leurs dépenses militaires pour qu'elle atteigne 2% de leur PIB jusqu'en 2024. Néanmoins, selon le Président américain, les pays européens n'apportent pas une contribution suffisante au budget de l'Alliance atlantique.

    D'après les données de juillet 2018, seuls les États-Unis et le Royaume-Uni dépensaient plus de 2% du PIB à des fins militaires. Ils étaient suivis par la France qui y consacre 1,8% du PIB.

    Lire aussi:

    Sommet de l'Otan: Trump envoie des lettres d'alerte aux leaders européens
    La Belgique réduit son budget militaire malgré les exigences de l'Otan
    Macron réagit négativement à la proposition de Trump d’augmenter les dépenses militaires
    Tags:
    dépenses militaires, PIB, Mouvement 5 étoiles (M5S), OTAN, Elisabetta Trenta, Donald Trump, Rome, Royaume-Uni, Italie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik