Ecoutez Radio Sputnik
    Des Stryker américains faisant leur entrée à Riga

    Les USA entendraient renforcer leur présence militaire en Europe

    © Sputnik . Oksana Djidan
    Défense
    URL courte
    16348
    S'abonner

    Pour renforcer leur présence en Europe, les États-Unis entendent y déployer leurs véhicules blindés de transport de troupes Stryker, modernisés et équipés d’un arsenal conséquent, annonce la chaîne états-unienne Fox News. Ce déploiement se ferait dans le but de contrer la Russie en Europe.

    Les États-Unis veulent déployer en Europe des véhicules blindés Stryker destinés au transport de troupes, annonce la chaîne télévisée Fox News.

    Selon elle, le Pentagone a lancé une modernisation de ces véhicules, les équipant de drones, de lasers, de canons et de systèmes de DCA. Leur déploiement en Europe devrait prendre fin en 2020.

    La modernisation de ces véhicules permettra de les équiper de missiles de courte portée Hellfire et Stinger, d'un système antimissile Javelin, de drones Shrike 2 à décollage vertical, ainsi que de lasers d'une puissance de cinq kilowatts, capables de détruire les drones ennemis.

    La chaîne cite également un rapport du centre de recherche américain RAND, intitulé «Les mesures hostiles de la Russie en Europe» qui serait à l'origine de cette décision de déploiement des Stryker en Europe.

    Ce rapport évoque les prétendues mauvaises intentions de la Russie. Il cite notamment un sondage de 2016, selon lequel 82% des Russes estimeraient que les intérêts nationaux de la Russie touchent des territoires au-delà de ses frontières, alors qu'en 2012, ils n'étaient que 43%.

    Ce même rapport avance que les pays baltes et des États slaves de l'Europe du Sud et de l'Est sont les principales régions concernées par les intérêts russes.

    Pour cette raison, les États-Unis ont décidé de déployer dans ces pays leurs véhicules blindés Sryker, conclut la chaîne Fox News.

    Tags:
    Stryker, Pentagone, Europe, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik