Ecoutez Radio Sputnik
    La frégate Amiral Kassatonov

    Armes aveuglantes et hallucinogènes russes: des experts US auraient apprécié

    © Sputnik . Nikolaï Protopopov
    Défense
    URL courte
    10532

    Des experts américains auraient reconnu que les armes provoquant des hallucinations, dont la création a été annoncée par la Russie, pourraient bien exister et être efficaces, révèle le site LiveScience.

    Les stations russes de brouillage visuel et optique 5P-42 Filin («hibou grand-duc» en russe. Ndlr) qui, selon leurs concepteurs, sont capables d’aveugler des soldats et de les faire halluciner, pourraient effectivement être nuisibles, a annoncé le site LiveScience en se référant aux psychologues de l'Université de New York et de l'Université Johns Hopkins de Baltimore.

    L'effet produit par la station Filin repose sur la modulation de l’intensité lumineuse. Selon Jonathan Winawer, professeur adjoint de psychologie et de neurosciences à l’Université de New York, le scintillement stroboscopique peut perturber temporairement la vision humaine.

    «Altérer la perception visuelle n’est ni compliqué ni invraisemblable. De même, on devient temporairement aveugle quand on sort d’une salle de cinéma sombre et qu’on s’expose au soleil», a déclaré M.Winawer.

    Les hallucinations et les images résiduelles sont possibles chez une personne exposée à une lumière stroboscopique, estime Christopher Honey, professeur adjoint au département des sciences psychologiques et cérébrales de l'Université Johns Hopkins.

    «Il ne serait pas surprenant que les gens voient des images résiduelles après avoir été exposés à des lumières scintillantes», a-t-il noté.

    La frégate Amiral Kassatonov
    © Sputnik . Nikolay Protopopov
    Mais la lumière doit être très vive et la personne photosensible. Les scientifiques notent qu’entre 1% et 9% des habitants de la Terre présentent une photosensibilité pouvant entraîner des réactions inhabituelles dans le cerveau.

    Quant aux symptômes «invalidants» tels que le vertige et autres effets neurologiques, ils sont «beaucoup, beaucoup moins courants», a estimé M.Honey. Les experts reconnaissent d’ailleurs ne pas savoir exactement comment agissent les armes «hallucinogènes» russes, d’après LiveScience.

    Selon l’usine Integral, qui produit la station 5P-42 Filin, ce matériel a été testé sur des volontaires. 20% des personnes ayant participé aux expériences ont eu «une tache de lumière devant les yeux» et 45% ont éprouvé des vertiges, des nausées et ont été désorienté, a indiqué l’usine.

    La holding russe Roselektronika, laquelle fait partie du groupe de hautes technologies Rostec, a annoncé début février à Sputnik avoir livré les premières stations 5P-42 Filin à la Marine russe. Des Filin équipent notamment deux frégates du projet 22350, l’Amiral Gorchkov et l’Amiral Kassatonov. Le deuxième navire passe actuellement des essais d’usine. Deux autres frégates de ce projet, en chantier à Saint-Pétersbourg, seront aussi dotées de stations Filin.

    La station 5P-42 Filin est destinée à brouiller les systèmes de surveillance et les viseurs d’armes ennemies le soir et la nuit afin de protéger les bâtiments de surface et les vedettes de la Marine. Selon l’usine Integral, les rayonnements visibles et infrarouges émis par la station, ainsi que la modulation de l’intensité lumineuse à haute fréquence, permettent de neutraliser les dispositifs de vision nocturne, les télémètres laser infrarouges et les systèmes de guidage des missiles antinavires dans un rayon de 5.000 m.

    Lire aussi:

    La septuagénaire blessée ce samedi à Nice «est dans le coma», selon son avocat
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Un mouvement de panique à Disneyland Paris ce samedi soir en vidéo
    Tags:
    vertige, nausées, hallucination, armes, 5P-42 Filin, projet 22350 (frégates), Admiral Gorchkov (frégate), Admiral Kassatonov (frégate), Marine russe, LiveScience, Université de New York, Université Johns-Hopkins, Jonathan Winawer, Christopher Honey, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik