Ecoutez Radio Sputnik
    Le radar Dniepr en service dans la région russe de Mourmansk

    Modernisation du système russe d’alerte aux missiles: l’armée fournit des détails

    © Sputnik . Pavel Lvov
    Défense
    URL courte
    7630

    Le système russe d’alerte aux missiles, en partie fragmenté depuis l’effondrement de l’URSS, est désormais pleinement fonctionnel grâce à la mise en service de nouveaux radars, a déclaré le commandant adjoint des Forces aérospatiales russes Igor Morozov.

    La Russie a récemment achevé la modernisation de son système stratégique d’alerte aux missiles ce qui s’avère particulièrement important après la décision des États-Unis de se retirer du Traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (FNI), a annoncé dimanche le commandant adjoint des Forces aérospatiales russes Igor Morozov.

    «Ces dernières années, les dirigeants du pays et le ministère de la Défense ont accordé la plus grande attention à ce système stratégique. Nous avons réussi à achever sa modernisation. L’an dernier, nous avons mis trois nouveaux radars en service opérationnel», a noté M.Morozov.

    Installés à Enisseïsk (Sibérie orientale), à Barnaoul (Sibérie occidentale) et à Orsk (Oural), ces radars ont renforcé «la couverture radar en périphérie qui avait quelques lacunes depuis l’effondrement de l’URSS», a précisé le général.

    «Plusieurs stations radars sont restées sur le territoire des États devenus indépendants et certaines d’entre elles ont été démantelées sur décision des autorités de ces pays. Nous avons ainsi été obligés de reconstituer le système», a-t-il ajouté.

    Selon le général, les Forces aérospatiales ne cessent en outre de perfectionner les algorithmes de traitement des données.

    Le système d’alerte aux missiles national acquiert une plus grande importance encore depuis que Washington a annoncé son retrait du Traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (FNI), a conclu M.Morozov.

    Donald Trump a annoncé le 1er février que les États-Unis cesseraient dès le lendemain de respecter le Traité FNI, signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, et qu'ils s'en retireraient officiellement au bout de six mois, sauf si Moscou cessait de violer l'accord. Le ministère russe des Affaires étrangères a accusé les États-Unis de tester des systèmes interdits par le Traité FNI, ainsi que de déployer des systèmes de lancement Aegis sous la forme de l'ABM sur le territoire européen, qui peuvent en quelques heures se transformer d'un mécanisme défensif en arme d'attaque.

    Vladimir Poutine a indiqué le 2 février que la Russie suspendait aussi sa participation au Traité en réponse au retrait unilatéral des États-Unis. Il a noté que Moscou ne se laisserait pas entraîner dans une nouvelle course aux armements onéreuse avant d'ajouter que toutes les propositions russes sur le désarmement restaient «sur la table» et que les portes restaient «ouvertes».

    Lire aussi:

    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une nouvelle tentative de coup d’État déjouée au Venezuela
    Tags:
    modernisation, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), radar, Troupes aérospatiales de Russie, Igor Morozov, Oural, Sibérie orientale, Sibérie occidentale, Orsk, Enisseïsk, Barnaoul, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik