Ecoutez Radio Sputnik
    Missile balistique R-12 à Cuba

    Portrait-robot du R-12, le missile qui a marqué la crise de Cuba

    CC BY-SA 3.0 / Suvorow / En Cuba
    Défense
    URL courte
    6430

    Portée moyenne, haute précision et force destructrice: il y a exactement 60 ans, le 4 mars 1959, l'URSS mettait en service son missile R-12. Ce dernier restera en service jusqu'en 1990, date à laquelle il devra être détruit dans le cadre du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

    Près de 2.500 missiles R-12 soviétiques ont été fabriqués au total entre 1959 et 1990. Quels étaient leurs caractéristiques et quel a été leur rôle dans l'histoire mondiale?

    Le premier missile à silo

    Le missile à combustible liquide R-12 a été conçu sur la base du R-5M de série, mis en service en 1955 et considéré comme le premier missile soviétique à moyenne portée. Le R-5M était une grande réussite du bureau d'étude OKB-1 et de tout le secteur des missiles soviétiques. Mais seulement 48 R-5 et R-5M ont été fabriqués — les caractéristiques techniques de ces missiles ne suffisaient plus pour le lancement d'une production en grande série. L'un des défauts du R-5 était que son ravitaillement et la préparation de son lancement prenaient plusieurs heures.

    Le R-12, plus sophistiqué, possédait un étage avec une ogive monobloc séparable. Les réservoirs étaient en alliage aluminium-magnésium, et étaient séparés de celui du comburant par un fond intermédiaire. Le comburant de la partie inférieure du réservoir était d'abord consommé pour assurer un déplacement du centre de gravité vers la partie supérieure du missile et un vol stable. Au cœur du R-12 se situait un réacteur à quatre chambres. Le vol était contrôlé à l'aide de quatre leviers de graphite à gaz installés à la charnière des chambres de combustion. Grâce à sa charge de 2,3 mégatonnes et son écart circulaire maximal de cinq kilomètres, le missile pouvait éliminer de manière fiable des cibles non protégées d'une superficie jusqu'à 100 km².

    Le complexe du R-12 était le premier système stratégique avec du combustible stocké et un dispositif de contrôle complètement autonome. Le 13 août 1955, le Conseil des ministres a adopté le décret pour la création et la fabrication du missile R-12. Son développement a été confié au bureau d'étude OKB-586, qui était dirigé à l'époque par Mikhaïl Ianguel, connu pour être un partisan du combustible stocké.

    Le missile a été élaboré à un rythme impressionnant: les essais de stand ont été organisés à Zagorsk en mars 1957, et le 22 juin déjà le missile décollait du polygone de Kapoustine Iar. Le lancement de la production en série a été lancé à peine plus d'un an plus tard.

    Le R-12 était initialement conçu comme un site de lancement terrestre ouvert. En septembre 1959 ont commencé les lancements d'essai du silo expérimental Maïak. Presque immédiatement a été lancée l'élaboration du missile unifié R-12U, aussi bien pour un usage ouvert qu'en silo, surnommé Dvina. Les cinq premiers régiments de R-12 terrestres ont été mis en service opérationnel en mai 1960, et un régiment de missiles à silo en janvier 1963.

    L'argument de la Guerre froide

    Le R-12 a failli effectuer son baptême du feu à Cuba. Dans le cadre de l'opération secrète Anadyr de l'état-major des forces armées de l'URSS, il était prévu de transporter et d'installer secrètement à Cuba des unités militaires, 24 vecteurs et 36 missiles R-12, ainsi que 16 vecteurs et 25 missiles R-14. Le potentiel nucléaire des forces nucléaires déployées atteignait 70 mégatonnes en un seul tir.

    Le 9 septembre 1962, les six premiers R-12 sont arrivés au port de Casilda, puis huit autres le 15 septembre. Le 4 octobre, le navire Indiguirka a accosté au port de Mariel avec 160 ogives nucléaires à son bord, dont 60 pour les missiles R-12 et R-14, 12 pour les missiles Louna et 80 pour les missiles de croisière tactiques. A bord se trouvaient également 6 bombes aériennes et 4 mines marines. Au total, au 24 octobre, la 51e division de missiles avait reçu 36 missiles R-12, ainsi que 6 faux R-12, 36 ogives avec des charges nucléaires pour les R-12, et 24 ogives avec des charges nucléaires pour les R-14.

    Le 14 octobre, pendant le premier survol de l'île, l'avion de reconnaissance américain U-2 piloté par le commandant Richard Heyser a photographié les positions des missiles. L'analyse des images a révélé que la disposition des vecteurs et des systèmes de maintenance était la même qu'en Union soviétique. C'est l'officier soviétique Oleg Penkovski, qui collaborait avec les renseignements britanniques et américains, qui a aidé à identifier les missiles. Plus tôt, en 1961, il avait transmis aux Américains un annuaire très secret avec des photos des principaux missiles. Deux jours plus tard, la présence de R-12 à Cuba était rapportée au Président John Kennedy. La crise des missiles de Cuba commençait.

    Suite à un grand redéploiement des forces en toute discrétion, au 27 octobre les R-12 projetés à Cuba étaient prêts à lancer une frappe nucléaire contre les États-Unis. Et bien que les missiles avaient débarqué sur l'île de Cuba le 9 septembre, ils n'ont été découverts qu'un mois plus tard. Sachant que les Américains ignoraient toujours combien de missiles et de munitions nucléaires tactiques s'y trouvaient.

    En déployant des R-12 à Cuba, l'URSS a atteint pratiquement tous ses objectifs militaro-politiques fixés à l'époque. En échange du retrait des missiles, les USA ont accepté d'ouvrir les négociations sur le désarmement des bases à proximité des frontières soviétiques. Au final, fin 1963, tous les missiles américains Thor et Jupiter ont été retirés d'Europe occidentale et de Turquie. De plus, la Maison-Blanche a publiquement annoncé son abandon des plans de renversement par la force du gouvernement de Castro, ce qui a significativement renforcé l'autorité internationale de l'URSS.

    A partir de 1976, les missiles R-12 et R-12U ont commencé à être progressivement remplacés par des missiles à roues Pionnier. Dans le cadre du traité FNI soviéto-américain de 1987, les missiles de classe R-12 devaient être détruits. Ils ont été retirés du service en 1989, avant d'être détruits à la base de Lesnaïa en Biélorussie.

    Lire aussi:

    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Tags:
    guerre civile, Crise des missiles de Cuba (octobre 1962), John Kennedy, Cuba, Turquie, URSS, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik