Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone

    Les USA veulent reformer son armée à cause de la Russie et de la Chine

    © AP Photo / Jacquelyn Martin
    Défense
    URL courte
    5427

    Face à l’augmentation du potentiel militaire de la Russie et de la Chine, les États-Unis s'apprêtent à réformer ses forces armées, a déclaré le directeur du Centre pour l'amélioration des compétences de combat aux États-Unis.

    Les États-Unis envisagent de réformer ses forces armées face au potentiel croissant de la Russie et de la Chine, a déclaré le directeur du Centre pour l'amélioration des compétences de combat, le lieutenant-général de l'armée américaine, Eric Wesley.

    Selon lui, au cours des 15 dernières années, l'armée américaine s'est concentrée sur le «système des brigades», où elle combattait principalement des groupes terroristes.

    Dans le même temps, pour combattre des «adversaires», il faut avoir une structure plus complexe des forces armées et des tactiques de combat, a déclaré le général.

    Selon M.Wesley, les opérations militaires à grande échelle impliquent notamment la création de divisions, de corps d'armées et d'armées de campagne. Par conséquent, dans les années à venir, l'armée américaine devra évaluer conformément à la doctrine des «opérations multi-sphères».

    Au début de cette semaine, le portail Aviation Week écrivait que la direction des projets de recherche prometteurs du Pentagone (DARPA) entendait relancer le programme de la guerre froide pour enrêner la Russie.

    Auparavant, le magazine allemand Telepolis a relevé que le Pentagone élaborait une nouvelle stratégie pour la conduite des hostilités contre la Russie et la Chine, dont la particularité est «l'invasion secrète» au fond du territoire de l'ennemi, comme l'avait déclaré le chef d'état-major de l'armée de l'air américaine, le général David L.Goldfein, lors de son discours à l'Institut de recherche de Brookings à Washington. Le général américain a également indiqué que l'idée d'une nouvelle stratégie consistait à s'attaquer aux points faibles de l'ennemi, en évitant les collisions avec leurs points forts, ce qui a permis de nommer cette tactique du «Cheval de Troie».

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Sentinelle, drones, LBD... L'acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Tags:
    réforme, armée, Pentagone, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik