Défense
URL courte
145312
S'abonner

L’Inde est devenue la quatrième nation à abattre un satellite en orbite basse lors d’un exercice. Pour le Premier ministre Narendra Modi, il s’agit d’un «moment de fierté» pour son pays.

Dans un «moment de fierté», selon le Premier ministre Narendra Modi, l’Inde a abattu mercredi un satellite dans l’espace grâce à un missile ASAT. Lors d’une allocution à la nation, le chef du gouvernement indien a tenu à souligner que l’opération ne visait pas à «créer une atmosphère de guerre»:

«Nos scientifiques ont abattu un satellite en orbite basse à une altitude de 300 kilomètres […]. Notre but est d’établir la paix et pas de créer une atmosphère de guerre. Ceci n’est dirigé contre aucun pays», a déclaré M.Modi.

Toujours selon lui, l’Inde a «gravé son nom parmi les puissances spatiales». Jusqu’à présent, seuls les États-Unis, la Chine et la Russie avaient réussi cette prouesse technologique.

Baptisée Mission Shakti («force» en hindi), l’opération n’a pas duré plus de trois minutes. Le missile ASAT a été développé par la Defence Research and Development Organisation (DRDO), l’agence indienne chargée du développement de technologies militaires.

Des experts préviennent toutefois que la technologie utilisée présente l’inconvénient de projeter dans l’orbite terrestre des milliers de débris à haute vitesse, ce qui constitue un danger pour les autres objets spatiaux. À l’inverse, le recours à un laser permet de mettre hors service les équipements d’un satellite sans toucher à son intégrité physique.

Lire aussi:

L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un important incendie au Havre, une épaisse fumée est visible à des kilomètres - vidéos
Tags:
technologies balistiques, puissance spatiale, laser, missiles antisatellite, satellite, ASAT (missile), DRDO, Narendra Modi, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook