Ecoutez Radio Sputnik
    Un bombardier stratégique B-52 Stratofortress de l'armée américaine (image d'illustration)

    Des avions militaires étrangers de nouveaux repérés près de la frontière russe

    © AFP 2019 Raul ARBOLEDA
    Défense
    URL courte
    7234
    S'abonner

    Un bombardier stratégique américain B-52H Stratofortress a été aperçu près des frontières de la Russie, d’après les données d’un portail spécialisé. Il a été précédé d’un avion britannique de reconnaissance électronique, également repéré aux environs de la frontière russe le même jour.

    Un bombardier stratégique américain B-52H Stratofortress s'est approché lundi de la frontière de la région de Kaliningrad, cette enclave russe en Europe, selon les données d'un site qui surveille les déplacements des avions, Plane Radar.

    Décollé d'une base britannique, le B-52H en question s'est dirigé vers la frontière russe pour s'entraîner au lancement de bombes sur une base de la Flotte de la Baltique.

    Le vol a été effectué à l'altitude de près de 8.000 mètres.

    De plus, le jour même, dans la matinée, un avion britannique de reconnaissance électronique Boeing RC-135W Rivet Joint a examiné la région russe d'information de vol, toujours d'après les données de Plane Radar.

    Ces derniers temps, des drones et des aéronefs de renseignement étrangers font de plus en plus souvent leur apparition près des frontières russes et des sites militaires de ce pays. Ils sont régulièrement observés au-dessus de la mer Baltique, près de la Crimée et de la région russe de Krasnodar (sud) ainsi que près des bases en Syrie.
    Ainsi, en mars, des Stratofortress avaient été repérés à plusieurs reprises près des frontières russes.

    Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a réagi à ces informations en déclarant que ce genre de démarches américaines ne contribuait pas à la sécurité et à la stabilité dans la région.

    Tags:
    bombardier, armes, militaires, armée, avion, B-52, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik