Ecoutez Radio Sputnik
    Modèle du chasseur turc de 5e génération exposé au Salon du Bourget 2019

    Exit le F-35, la Turquie dévoile son propre projet d'avion furtif, «le meilleur chasseur en Europe» (photo)

    © AFP 2019 ERIC PIERMONT
    Défense
    URL courte
    4810613

    Confrontée à la menace américaine de ne pas lui vendre d'avions furtifs F-35, la Turquie a dévoilé lundi au salon du Bourget son propre avion de combat de 5e génération, le TF-X, promettant qu'il serait «le meilleur chasseur en Europe».

    A ce stade, ce n'est qu'une maquette à l'échelle un d'un biréacteur à double empennage qui a été présentée en grande pompe au public. Mais le message exprimé à l'occasion du plus grand salon aéronautique au monde est clair: même si la Turquie ne pourra faire voler l'avion américain dont elle est pourtant partenaire depuis le lancement du programme, elle aura son propre avion furtif.


    «Nous avons promis à notre pays que ce serait le meilleur chasseur en Europe», a affirmé le PDG de l'entreprise publique Turkish Aerospace, Temel Koti, qui mène le projet.

    Turkish Aerospace a notamment conclu des accords avec le britannique British Aerospace sur le design de l'appareil et compte le motoriser par General Electric, le temps de mettre au point des moteurs proprement nationaux.

    Modèle du chasseur turc de 5e génération exposé au Salon du Bourget 2019
    © AFP 2019 ERIC PIERMONT
    Modèle du chasseur turc de 5e génération exposé au Salon du Bourget 2019


    Le calendrier est serré. Le projet a été lancé en 2013, le premier vol est prévu en 2025 et l'entrée en service trois ans plus tard. Il a fallu huit ans entre le premier vol du F-35 et une «capacité opérationnelle initiale» et le projet reste affecté par de multiples problèmes de jeunesse.

    «Le développement d'une industrie locale de défense forte et autosuffisante est une priorité du gouvernement turc», a expliqué à quelques journalistes Abdurrahman Can, sous-secrétaire turc à la Défense, chargé des industries de défense.


    Le président américain Donald Trump a adressé un ultimatum au 31 juillet à la Turquie pour qu'elle renonce à l'achat de batteries de missiles anti-aériens et antimissiles S-400 russes, non-compatibles avec les systèmes de l'Otan.

    Si Ankara n'obtempère pas, la Turquie ne sera plus considérée comme un partenaire industriel sur le F-35 -dont Turkish Aerospace construit notamment des parties du fuselage central- et ne pourra acheter les quelque 100 appareils dont elle compte se doter.


    «Il y a quelques problèmes», a convenu Abdurrahman Can. «Notre intention est donc de nous concentrer sur des produits nationaux».


    A terme, le TF-X sera confronté à la concurrence du Système de combat aérien futur (SCAF), projet porté par la France, l'Allemagne et l'Espagne, ainsi que par le projet britannique Tempest. Mais le responsable turc l'admet: «L'Europe ne peut pas se permettre de dupliquer les mêmes systèmes (...) A un moment donné, il y aura des rapprochements».

    Lire aussi:

    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Un navire UK a essayé d'empêcher l'Iran d'arraisonner le pétrolier sous pavillon UK, selon un représentant des Pasdaran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    S-400, Turkish Aerospace Industries (TAI), avions furtifs, Salon du Bourget, Donald Trump, États-Unis, sanctions, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, F-35A
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik