Défense
URL courte
10415
S'abonner

Pékin n’a pas l'intention de débattre d’un accord tripartite sur les armes nucléaires avec les États-Unis et la Russie, selon la diplomatie chinoise.

La Chine ne voudrait pas discuter d'un accord tripartite sur les armes nucléaires,  a annoncé le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang. 

Plus tôt, l’agence Reuters avait rapporté les déclarations de plusieurs hauts responsables américains indiquant que Washington voulait évoquer ce sujet avec Moscou à Genève.  

«Nous ne constatons pour l’instant aucune raison ou condition préalable à une participation éventuelle de la Chine à ces débats», a souligné le diplomate chinois en conférence de presse. 

Et d’ajouter que la Russie «avait exprimé à plusieurs reprises sa compréhension de la position chinoise sur cette question».

Donald Trump avait proposé un accord de «nouvelle génération» entre Washington, Moscou et Pékin. Ce texte devait couvrir tous les types d'armes nucléaires, mais aucune variante plus concrète n'avait été présentée.

Retrait du Traité FNI

Washington avait annoncé le 1er février 2019 son retrait unilatéral du Traité FNI, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, affirmant que la Russie violait cet accord. Le ministère russe des Affaires étrangères a alors accusé les États-Unis de tester des systèmes interdits par le traité en question, ainsi que de déployer des systèmes de lancement Aegis sous la forme de l'ABM sur le territoire européen, qui peuvent en quelques heures se transformer d'un mécanisme défensif en arme d'attaque.

Le 2 février, Vladimir Poutine avait indiqué que Moscou suspendait aussi sa participation au Traité, en réponse au retrait unilatéral des États-Unis. Il a affirmé que Moscou ne se laisserait pas entraîner dans une nouvelle course aux armements onéreuse, avant d'ajouter que toutes les propositions russes sur le désarmement restaient «sur la table» et que les portes restaient «ouvertes».

Début juillet, Vladimir Poutine a signé une loi suspendant la participation de la Russie au traité FNI. 

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
Russie, États-Unis, désarmement, armes nucléaires, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook