Défense
URL courte
7333219
S'abonner

L’Alliance atlantique prépare ses forces armées à un conflit de grande ampleur, obligeant ainsi la Russie à se tenir prête à contrer toute agression, a déclaré le chef de l’état-major interarmées russe.

L’intensification des activités militaires de l’Otan dans les pays baltes, en mer Noire et en mer Baltique laisse penser que l’Alliance se prépare à un conflit d’envergure, estime le chef de l’état-major interarmées russe Valeri Guerassimov.

«Les scénarios des exercices militaires témoignent de la préparation ciblée des forces de l’Otan à un conflit militaire à grande échelle», a déclaré M.Guerassimov cité par le journal Krasnaïa Zvezda (Étoile rouge).

Selon lui, depuis 2016, les pays membres de l’Otan ont accru leurs dépenses militaires de 130 milliards de dollars et prévoient de les augmenter de 400 milliards de dollars supplémentaires à l’horizon 2024.

La Russie doit être prête à toute éventualité

Bien que la situation internationale actuelle ne laisse présager aucune guerre d’envergure dans un avenir proche, il est toujours possible que de nouvelles crises se déclarent et dégénèrent en un conflit de grande ampleur, insiste l’officier.

Toujours d’après M.Guerassimov, l’instabilité dans le monde est nourrie notamment par la volonté de «certains États» d’imposer leurs principes à des pays souverains.

«Les pays qui cherchent à mener une politique indépendante, dont la Russie, subissent des pressions politiques, économiques et informationnelles inédites», constate-t-il.

Dans ce contexte, la partie russe «doit être préparée à tout scénario» et maintenir son potentiel militaire à un niveau suffisant pour contrer n’importe quelle agression.

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Tags:
conflit, Valéri Guérassimov, exercices, OTAN, mer Baltique, mer Noire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook