Défense
URL courte
194810
S'abonner

Le chef de la diplomatie turque a reproché à l’Otan d’avoir forcé son pays à acquérir les systèmes de missiles russes S-400, rapporte un quotidien saoudien.

L’Alliance atlantique a de facto forcé Ankara à se doter de systèmes de missiles russes S-400 pour assurer la protection de ses territoires, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, cité par le journal saoudien Asharq Al-Awsat.

Selon lui, son pays a pris la décision d’acquérir les complexes russes après que l’Otan a réduit le nombre de ses systèmes antiaériens déployés sur les frontières séparant la Turquie de régions voisines instables, dont la Syrie.

En marge du Forum économique de Davos, le chef de la diplomatie turque a également fait savoir qu’Ankara et l’Otan ne parvenaient toujours pas à se mettre d’accord quant aux livraisons de S-400 à la Turquie. «Il est inutile de cacher ce fait», a-t-il reconnu.

Pas de menaces pour l’Otan, selon Ankara

Des S-400 entrent en service opérationel (archive photo)
© Sputnik . Service de presse de la région militaire de la Baltique
L’achat de S-400 par la partie turque avait suscité des inquiétudes chez certains alliés d’Ankara au sein de l’Otan et le vif mécontentement de Washington qui avait menacé la Turquie de sanctions.

Toujours à Davos, Mevlüt Cavusoglu a tenu à souligner que les S-400 étaient incompatibles avec les systèmes otaniens et ne représentaient ainsi aucune menace pour l’Alliance atlantique.

Lire aussi:

Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Des chasseurs russes interceptent deux bombardiers américains au-dessus de la mer Noire
Tags:
S-400, Russie, Turquie, Mevlut Cavusoglu, OTAN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook