Défense
URL courte
Par
11847
S'abonner

Les Allemands ont donné un feu vert sous conditions au projet d’avion de combat européen, estimant trop importante la place des industriels français dans le programme. Le général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset met en garde contre les partenariats où les considérations politiques et industrielles prennent l’ascendant sur l’opérationnel.

«On est toujours dans le même problème avec ces coopérations étatiques. Il y a des coopérations qui sont destinées à avoir un but opérationnel, cela peut très bien fonctionner et il y a des coopérations qui sont dominées par des considérations politiques et industrielles et qui font peu cas des réalités opérationnelles», réagit auprès de Sputnik le général (2 S) de brigade aérienne, Jean-Vincent Brisset.

Le directeur de recherche à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques) ne semble pas partager l’enthousiasme de la ministre des Armées. «Les voyants sont au vert pour développer un prototype d’avion de combat qui volera en 2026» s’est félicitée mercredi 12 février Florence Parly, dans la foulée du vote des membres de la commission du budget du Bundestag en faveur du financement des études en vue de la construction d’un démonstrateur de l’avion de combat européen de sixième génération (dit NGF pour «New Generation Fighter»). Partie intégrante du Système de combat aérien du futur (SCAF), cet appareil est censé remplacer le Rafale et l’Eurofighter à l’horizon 2040.

Un vote qui avait été dépeint quelques jours plus tôt par Florence Parly comme étant d’«une importance décisive» pour l’Europe de la Défense. La ministre, selon la formule consacrée dans la presse tricolore, aurait «mis la pression» sur les parlementaires allemands en s’adressant directement à eux à l’occasion de l’Assemblée parlementaire franco-allemande réunie à Strasbourg. Dans la foulée, Dassault Aviation, Airbus, MTU Aero Engines, Safran, MBDA et Thales ont déclaré dans un communiqué commun que les gouvernements français et allemands leur avaient remis le contrat-cadre initial (Phase 1A) «qui marque le coup d’envoi du lancement des démonstrateurs» du SCAF.

​Un feu vert qui s’accompagne toutefois de «conditions». En effet, si les élus allemands ne veulent pas «détériorer les relations franco-allemandes», comme l’indiquait à l’AFP peu avant le vote Rainer Brandl, rapporteur du projet à la commission du Budget, ceux-ci estiment toutefois que les partenaires industriels français seraient trop dominateurs dans le projet et qu’en parallèle le programme de char MGCS –où les Allemands doivent tenir le rôle principal– progresserait bien moins vite que celui de l’avion du futur.

Un retard qui serait «notamment» causé par «les difficultés des industriels allemands du secteur de l’armement à se mettre d’accord entre eux sur la répartition du “gâteau» développe l’agence de presse…

«à l’heure actuelle, les Allemands voudraient être, non pas dominateurs, mais largement représentés dans tous les domaines» pour le programme d’avion de combat du futur, estime Jean-Vincent Brisset, «ce qui voudrait dire que les Allemands, qui ont assez peu de compétences dans le domaine de l’opérationnel pur, seraient très importants dans le programme», ajoute-t-il.

Au-delà de la construction d’un démonstrateur, cette volonté de représentation allemande pourrait se traduire par un «certain nombre de contrats» qui pourraient être «saucissonnés, de manière à ce qu’à chaque étape du contrat, l’Allemagne ait politiquement et technocratiquement son mot à dire dans l’étape suivante.» Principal risque pour le programme, des «ajouts techniques» non prévus à la base et qui «augmentent le poids physique, financier du programme, au détriment de sa qualité opérationnelle». Illustration du phénomène, les dérives qui ont frappé le programme d’avion de transport militaire A400M.

Des demandes parfois «extrêmement contradictoires», rappelait à notre micro l’économiste Jacques Sapir, qui ne doutait pas de la compétence des industriels à «inclure l’ensemble de ses caractéristiques» dans une plateforme. «On a oublié que sur le cahier des charges initial, l’avion devait pouvoir ravitailler les hélicoptères», tranche le général Jean-Vincent Brisset, qui rappelle que d’autres projets de coopération interétatiques qui se sont très bien passés, comme les avions d’entraînement et d’attaque au sol Jaguar –de conception franco-britannique– et Alpha Jet –issu d’une collaboration franco-allemande–, mais où un seul pays était chaque fois aux manettes.

Même cas de figure pour l’avion de combat multirôle Eurofighter, développé avec une «très large maîtrise britannique» et des nations participantes «qui ont fourni ce qu’on leur a demandé de fournir, mais qui n’ont pas été en mesure d’exiger des ajouts techniques», tient à souligner le général (2 S) de brigade aérienne, qui évoque le cas d’un autre appareil multirôle, le Tornado, issu d’une coopération entre Rome, Londres et Bonn. «L’Allemagne était plus présente, et on ne peut pas dire que le Tornado ait été une grande réussite», assène-t-il.

«On peut obtenir des résultats dans un certain nombre de domaines si on laisse faire les gens qui savent faire, sans vouloir imposer et placer un industriel canard boiteux, mais qui est du bon pays. Si on veut faire quelque chose qui satisfasse aux besoins d’une politique de Défense, c’est un autre problème.»

À ce propos, le général Brisset s’interroge sur les intentions des Espagnols, qui viennent de rejoindre le programme d’avion de combat du futur. En effet, ceux-ci pourraient exiger un «juste-retour», principe en vertu duquel les États acceptent d’engager d’importantes sommes dans des programmes communs en vue de recueillir un savoir technologique et organisationnel, mais également de le mettre en œuvre dans le cas du projet. Aux yeux du directeur de recherche à l’IRIS, une telle attitude des partenaires du projet SCAF mènerait aux mêmes résultats que pour l’A400M, à savoir qu’«on se retrouve avec quelque chose qui coûte plus cher et qui marche moins bien», qui plus est au regard du défi technologique qu’incarne un outil aussi complexe que ce futur chasseur de 6e génération.

Le Système de combat aérien du futur otage d’intérêts politico-industriels? C’est en tout cas ce que dénonçait à l’automne 2019 l’un de nos confrères du Monde diplomatique. Celui-ci estimait par ailleurs qu’en cas d’échec de cette belle collaboration européenne, la France deviendrait cliente du complexe militaro-industriel US en se tournant vers les très controversés F-35. Un point que désapprouve le général Brisset, estimant que, contrairement à d’autres partenaires dans ce projet, la France «n’a pas vocation» à acquérir des F-35, soulignant qu’elle a «encore pour le moment» la possibilité de développer un avion. Si le programme SCAF venait à échouer, «il en restera quand même quelque chose», tempère-t-il.

Quant à l’Europe de la Défense, mise dans la balance par Florence Parly pour justifier l’importance de l’aval donné par les Allemands à l’allocation de cette première enveloppe au SCAF, Jean-Vincent Brisset ne mâche pas ses mots. Pour lui,

«Lorsqu’on parle d’Europe de la Défense on met les choses à l’envers. L’Europe de la Défense, cela voudrait d’abord dire une politique de Défense commune. Ce n’est absolument pas le cas. La culture de la Défense et la culture militaire sont complètement différentes entre la France et l’Allemagne. […] Quand on a une Europe de la Défense qui démontre tous les jours au Sahel qu’il n’y a pas d’Europe de la Défense et qu’il n’y a absolument aucune convergence dans les politiques de Défense, dans les doctrines d’emploi, dans les manières de fonctionner et autres, on a une Europe d’intérêts industriels vaguement communs.» 

Et c’est bien de rivalité et de souveraineté industrielles dont il semble être question dans ce programme d’avions du futur. Si Paris, Berlin et Madrid présentent le système d’armes de prochaine génération (NGWS) –auquel appartient le futur chasseur de 6e génération– comme la «pierre angulaire de la future puissance aérienne européenne», tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. Les Britanniques et les Suédois ont en effet lancé de leur côté un projet concurrent, le «Tempest», dont la maquette avait été dévoilée un an avant celle du NGF. Au moment de la présentation de ce projet en 2018, Theresa May, alors Premier ministre britannique, avait souligné que cette initiative visait «à garantir l’avenir à long terme de l’industrie de Défense» au Royaume-Uni.

Lire aussi:

Une astronaute revient sur Terre après 11 mois dans l’espace, la réaction de son chien devient virale – vidéo
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Des robots-animaux filment la chasse à couper le souffle d’un grand requin blanc – vidéo
Tags:
Bundestag, Allemagne, France, Florence Parly, Système de combat aérien du futur (SCAF)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook