Défense
URL courte
2018144
S'abonner

Alors que début février les États-Unis ont annoncé avoir déployé un nouveau missile avec une ogive nucléaire de faible puissance pour contrer la Russie, le Pentagone réaffirme qu’il ne s’agit pas d’une course aux armements, mais d’une démonstration des capacités des forces du pays.

Des planificateurs de l’Otan continuent d’imaginer des scénarios d’une attaque de la Russie contre les membres de l’Alliance en Europe. Ainsi, la semaine dernière, un scénario a été supervisé par le secrétaire à la Défense Mark Esper lors de sa visite au siège du United States Strategic Command (Stratcom).

Selon CNN, il s’agissait d’un jeu de guerre impliquant l’utilisation d’armes nucléaires de faible puissance par la Russie contre «un contingent européen» et une riposte nucléaire de l’Otan.

Alors qu'un responsable de la défense a décrit à CNN ce jeu de guerre comme une «routine», il s'inscrit, poursuit le média, dans le cadre d'un effort du Pentagone pour moderniser et renforcer l’arsenal nucléaire des États-Unis.

La chaîne rappelle que début février le Pentagone s’est doté pour «la première fois depuis des décennies» d’une nouvelle arme nucléaire. Il s’agit d’un missile portant une ogive nucléaire de faible puissance W79-2, dont la fabrication a été lancée en janvier 2019.

Alors que certains législateurs démocrates évoquent une nouvelle course aux armements, le ministère américain de la Défense affirme qu’il ne s’agit que d’une réponse aux efforts russes.

«Il ne suffit pas de le dire, vous devez le montrer. Le W-76-2 était le moyen le moins cher et le plus rapide de mettre quelque chose en place sur le terrain pour montrer à la Russie que nous avons la capacité de faire face à toute menace», a confié à CNN un haut responsable du Pentagone.

Interrogé par le média, le chef du commandement stratégique des États-Unis John Hyten a rejeté la nécessité même d’utiliser le terme «course aux armements»:

«Je n'aime pas ce terme parce que si vous êtes dans une compétition qui implique des armes, il y a par définition une compétition pour les armes. Donc s’il y a deux pays qui s’opposent et si vous voulez que vos forces militaires soient meilleures que celles de l’autre pays, la notion de "course aux armements" est une sorte de faux récit, parce qu'elle décrit quelque chose qui est toujours là».

La Russie ne veut pas de course aux armements

Vendredi 21 février, l'ambassadeur de Russie aux États-Unis Anatoly Antonov a déclaré que Moscou ne cherchait ni course aux armements ni domination militaire. Soulignant que l’amélioration des forces armées demeurait «la priorité absolue» de la Russie, il a indiqué que son objectif était «d'avoir un potentiel de défense suffisant pour dissuader tout ennemi potentiel d'agression».

Lire aussi:

Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995
La police biélorusse ouvre le feu, avec des fusils à pompe, sur des personnes criant depuis leurs balcons
Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Tags:
États-Unis, Russie, course aux armements
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook