Défense
URL courte
271174
S'abonner

Un nouveau système de brouillage des signaux des satellites ennemis a récemment été déployé sur une base militaire dans le Colorado. Il s’agit de la première arme «offensive» mise en service par la Force spatiale américaine.

Le brouilleur de signaux radio Counter Communications System Block 10.2 a été livré au 4e escadron de contrôle spatial de la Peterson Air Force Base, dans le Colorado, écrit Space News.

Il s’agit de la version modifiée du système déployé en 2004 et mis à jour en 2014 sous le nom de System Block 10.1. Ce brouilleur est destiné à contrer les systèmes ennemis de guerre électronique utilisés pour perturber les signaux des satellites américains.

L’entreprise L3Harris Technologies qui développe le dispositif assure que System Block 10.2 couvre davantage de bandes de fréquences et possède d'autres fonctionnalités qui donnent aux opérateurs plus d'options pour perturber les communications ennemies.

Cité par le média, le lieutenant-colonel Steve Brogan du Space and Missile Systems Center explique que System Block 10.2 a déjà atteint «sa capacité opérationnelle initiale», ce qui signifie que les unités pourraient commencer à l'utiliser dans des opérations. M.Brogan ajoute qu’il s’agit du «seul système offensif de l'arsenal de la Force spatiale américaine».

Création des Forces spatiales américaines

Le 18 juin 2018, Donald Trump a ordonné au ministère de la Défense de créer des Forces spatiales en tant que nouvelle branche indépendante des Forces armées du pays pour prendre le leadership de l'espace face à la Chine et la Russie. Le 20 décembre 2019, le Président américain a officiellement lancé cette nouvelle force en ratifiant le budget 2020 du Pentagone.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
Donald Trump, Pentagone, Colorado, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook