Défense
URL courte
113411
S'abonner

Afin de moderniser les forces armées, de hauts responsables militaires britanniques réfléchissent à l'idée de se débarrasser de tous les chars du pays, indique le Times, se référant à ses sources au sein du gouvernement du Royaume-Uni.

Certains ministres britanniques doutent de l'utilité des 227 chars Challenger 2 et 388 véhicules blindés Warrior que compte le pays actuellement, ont annoncé auprès du Times des sources gouvernementales sous couvert d’anonymat. Le Royaume-Uni pourrait donc renoncer à ce type d’armement dans le cadre d’une révision radicale de son armée, selon le journal.

Ce projet ébruité apparaît alors que Londres semble s’éloigner des équipements lourds au profit de la guerre cybernétique et aérienne. L’année dernière, le ministère britannique de la Défense avait ainsi déclaré que les cyber-capacités, l'espace et d'autres technologies devraient attirer davantage d’investissements.

«Nous savons qu’un certain nombre de décisions audacieuses doivent être prises afin de protéger correctement la sécurité britannique et de rééquilibrer les intérêts de la défense pour faire face aux nouvelles menaces auxquelles nous sommes confrontés», a précisé la source gouvernementale anonyme auprès du Times.

Chars britanniques «obsolètes»

L’année dernière, la secrétaire à la Défense de l'époque, Penny Mordaunt, avait exprimé des préoccupations similaires en affirmant que les chars sont «obsolètes».

«Le Challenger 2 est en service sans mise à niveau majeure depuis 1998. Pendant ce temps, les États-Unis, l'Allemagne et le Danemark ont achevé deux mises à niveau majeures, tandis que la Russie a mis en service cinq nouvelles variantes et une sixième en attente. Le Warrior est encore plus obsolète et a 20 ans de plus que ceux exploités par nos principaux alliés», avait avancé Mme Mordaunt en 2019.

Le Royaume-Uni est en train de négocier avec ses partenaires de l'Otan un possible abandon des chars:

«Nous ne serons tout simplement pas considérés comme une nation leader crédible au sein de l'Otan si nous ne pouvons pas déployer des capacités de combat rapproché. Cela nous place derrière des pays comme la France, l'Allemagne, la Pologne et la Hongrie», toujours selon la même source, citée par le Times.

Et d’ajouter que cette décision «déguise les pressions financières en choix de capacités».

Actuellement, le Royaume-Uni compte moins de chars que l'Argentine, avec ses 231 tanks, l'Allemagne avec ses 236, et l'Ouganda avec ses 239, la Russie, les États-Unis et la Chine occupant les trois premières positions avec 12,950, 6,333 et 5,800 respectivement.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Challenger 2, char, Chine, États-Unis, Russie, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook