Défense
URL courte
Par
62056
S'abonner

La Grèce n’aurait pas fermé la porte à l’achat de frégates françaises. Le contrat, quasi-promis à Naval Group, avait selon la presse hellénique finalement été remporté par l’américain Lockheed Martin. Mais dans cette bataille navale homérique, Paris est touchée, mais peut-être pas coulée par Washington et le jeu est plus ouvert qu’il n’y paraît.

Un budget Défense rehaussé de 57%, à 5,5 milliards d’euros. Malgré la crise qui la frappe depuis une décennie et le contexte du Covid-19, la Grèce vient de décupler les fonds alloués au renforcement de ses capacités militaires. D’ailleurs, si le vote du budget général s’est joué à une poignée de voix au Parlement, la majorité fut nette lors de l’approbation de son volet Défense et de ce plan de modernisation des forces armées, à 189 voix pour, sur 300 députés.

En France, cette rallonge budgétaire rassure sur la perspective de concrétiser l’achat de 18 Rafale, pour laquelle rien n’est encore signé entre Paris et Athènes. Florence Parly serait attendue la semaine prochaine, selon le ministère grec de la Défense, afin de finaliser ce contrat.

Mais un autre dossier, toujours en suspens, est revenu cette semaine sur le devant de la scène: celui des frégates. Selon La Tribune, la France aurait adressé une nouvelle offre, moins chère, à la Grèce. L’hebdomadaire économique et financier souligne au passage les récents propos du ministre grec de la Défense, qui déclarait aux députés que leur pays n’avait «pas tourné le dos à la France» sur ce dossier.

Frégates: la Grèce «n’a pas tourné le dos» à la France

Il faut dire que contrairement aux Rafale, une lettre d’intention avait été signée à Paris entre les deux ministres de la Défense en octobre 2019 portant sur l’acquisition de deux frégates de défense (FDI) Belh@rra de Naval Group. Bien qu’à cette occasion, le ministre grec de la Défense ait prévenu son homologue français qu’il restait «encore beaucoup de chemin à parcourir» sur ce dossier, aucune mise en compétition internationale n’avait été annoncée par les autorités grecques pour ce contrat d’État à État.

Deux semaines plus tard, jour pour jour, la première tôle de la première FDI était découpée à Lorient en présence de Florence Parly, du PDG de Naval Group et du vice-amiral grec. Mais, un an plus tard, la presse hellénique laissait entendre que le cœur des décideurs grecs aurait finalement chaviré pour l’offre de Lockheed Martin.

Un revirement qui aurait été le fruit d’un démarchage «agressif», mené sous la houlette de l’ambassadeur des États-Unis en Grèce. De fait, le numéro un mondial de l’armement, qui lorgnait ce marché grec depuis décembre 2018, avait reçu une demande d’information des autorités du pays, restée lettre morte durant près d’un an. Le groupe américain ne jugea bon de répondre aux Grecs qu’une semaine après la rencontre à Paris entre Florence Parly et Nikos Panagiotopoulos.

Dans son offre, Lockheed Martin a cassé les prix en proposant quatre frégates MMSC (multi-mission surface combatants) pour quasiment le même prix que deux Belh@rra (environs deux milliards d’euros contre près de trois milliards côté français), l’armement en prime. Mieux: l’américain promet un premier bâtiment livré deux ans avant la date avancée par le Français pour la livraison de sa première FDI. Une offre clairement à perte pour l’industriel du Maryland, estimait à l’époque La Tribune, rappelant qu’un an plus tôt, un contrat similaire avec l’Arabie saoudite avait été estimé à six milliards de dollars. Celui-ci fut toutefois signé, avec Ryad, pour 1,93 milliard de dollars fin 2019.

Le prix n’est pas tout: les atouts des frégates françaises

Par ailleurs, l’Américain propose une production locale, ainsi qu’un armement amélioré par rapport aux MMSC vendues aux saoudiens: un canon de 76 mm au lieu de 57 mm et deux systèmes de lancement vertical Mk41 de 8 cellules au lieu d’un, tout en ne perdant rien de ses capacités antiaériennes et antinavires, respectivement offertes par ses missiles RIM-162, SM-2 et AGM-84 Harpoon, auxquels s’ajoutent des tubes lance-torpilles Mk-32. Cerise sur le gâteau, ces bâtiments s’associent parfaitement avec l’hélicoptère de lutte anti-sous-marine MH-60R Seahawk de Sikorsky (racheté par Lockheed Martin), dont la Grèce a d’ailleurs récemment acquis plusieurs exemplaires.

Pour autant, le deal proposé par les Américains est-il aussi bon qu’il en l’air? Faute d’être totalement adaptées aux attentes de la marine grecque, les frégates US pourraient engendrer des surcoûts. Surtout, ces frégates MMSC sont dérivées des LCS (Littoral Combat Ship) de la classe Freedom. Des bâtiments dépeints par la presse américaine comme un «échec irrémédiable» suite aux nombreuses avaries rencontrées sur tous les bâtiments de la série. En début d’année, l’US Navy a ainsi mis au rebut l’USS Freedom et quatre de ses «sister-ships», alors âgées de seulement six à douze ans

Grèce, Turquie, la position ambiguë de Washington

Face à cela, la FDI française dans sa version export offre un tonnage plus imposant (près de 4.500 tonnes contre 3.500 pour la MMSC américaine) et dispose d’un canon pouvant aller jusqu’à 127 mm et de deux systèmes de lancement vertical Sylver A50 de 16 cellules, permettant d’accueillir des missiles antiaérien ASTER. Deux lanceurs supplémentaires peuvent être ajoutés, notamment dans sa version A70 adaptée aux tout nouveaux missiles de croisière (MdCN) de MBDA. Leur baptême du feu remonte à avril 2018, lors des frappes françaises contre des objectifs loyalistes en Syrie.

La France a également une carte à jouer sur le plan géopolitique. Dans le cas de la Grèce, Emmanuel Macron fut le seul dirigeant de l’Union européenne à apporter son soutien à la Grèce et à prendre clairement position contre les initiatives turques en Méditerranée orientale. En début d’année, Paris et Athènes avaient annoncé le lancement d’un partenariat stratégique de sécurité. À l’inverse, au mois d’août dernier, en pleine crise dans cette zone entre Athènes et Ankara, l’US Navy et la marine turque avaient mené des exercices conjoints.

Pour autant, cela parviendra-t-il à compenser l’offensive menée par le groupe Lockheed Martin en Grèce et le poids, derrière le géant de l’armement, de Washington? Réponse dans une semaine.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
Grèce, Naval group, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook