Défense
URL courte
Par
1564
S'abonner

D’après le chef d’état-major russe Valéri Guérassimov, une confrontation militaire dans le cyberespace et l'espace augmente le risque de frappe nucléaire. Il a rappelé qu’après le 5 février la Russie ou les États-Unis n'auront plus aucune restriction en ce qui concerne la dissuasion nucléaire.

La propagation de l’antagonisme militaire dans le cyberespace et l'espace augmente les risques d'ingérence dans les systèmes de contrôle et d'utilisation des armes nucléaires, a déclaré le général Valéri Guérassimov, chef d’état-major des armées russes, lors d'un briefing pour les attachés de presse étrangers.

«Les hostilités militaires s'étendent sur le cyberespace et l'espace, ce qui augmente les risques d'incidents dus à l'ingérence dans les systèmes de contrôle et d'utilisation des armes nucléaires», a-t-il précisé.

La dissuasion nucléaire

Il a souligné que, dans ces conditions, la dissuasion nucléaire demeure un élément essentiel de la sécurité militaire de la Russie.

Le chef d’état-major a rappelé que la position officielle sur la nature de la dissuasion nucléaire était énoncée dans «Les fondements de la politique d’État de la Russie en matière de dissuasion nucléaire», qui est «strictement défensive et vise à maintenir la capacité des forces nucléaires à un niveau suffisant pour dissuader».

«Les armes nucléaires sont considérées comme un moyen de forcer un ennemi potentiel à renoncer à une agression contre notre pays. Les déclarations sur le concept prétendu d'escalade de la désescalade par les Forces armées sont des spéculations. Il n'y a rien de tel dans les documents russes», a souligné le général.

Selon lui, en Russie, pour définir les approches de la dissuasion nucléaire, une attention particulière a été accordée au respect des obligations internationales en matière de limitation des armements.

«Les contrôles ne figurent aujourd'hui que dans le traité New Start, qui expire le 5 février. Après cette date, la Russie ou les États-Unis n'auront plus aucune restriction. Nous considérons cette situation comme compliquée mais surmontable», a conclu Valéri Guérassimov.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Tags:
États-Unis, désarmement, nucléaire, Russie, défense
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook