Défense
URL courte
Par
182612
S'abonner

Trois nouveaux avions de chasse Rafale ont atterri en Inde le 27 janvier au soir après avoir effectué un vol sans escale de plus de 7.000 kilomètres depuis la base aérienne d’Istres de l’Armée de l’air française, a annoncé la Force aérienne indienne via Twitter.

La Force aérienne indienne (IAF) a reçu trois nouveaux avions de combat Rafale sur les 36 appareils achetés par New Delhi.

«Le troisième lot de trois avions Rafale a récemment atterri sur une base de l'IAF. Ils ont volé plus de 7.000 kilomètres avec ravitaillement en vol. Les avions ont décollé plus tôt dans la journée depuis la base aérienne d’Istres en France. L'IAF apprécie profondément le soutien des ravitailleurs fournis par la Force aérienne des Émirats arabes unis», a signalé l’IAF via Twitter.

Les avions censés assurer la supériorité

En 2016, l’Inde a signé un contrat d’achat de 36 avions de chasse Dassault Rafale d’un montant de 7,8 milliards d’euros. Les cinq premiers appareils commandés ont été livrés en juillet 2020. Un deuxième lot de trois aéronefs a été fourni en novembre.

Les Rafale sont censés assurer à l’Inde la supériorité sur les forces aériennes de pays voisins grâce à leur armement, notamment les missiles air-air Meteor d’une portée de 150 kilomètres et les missiles air-sol Scalp d’une portée de 300 kilomètres.

Les trois Rafale arrivés mercredi 27 janvier doivent intégrer l’unique escadron de Rafale de l’IAF déployé sur la base d’Ambala. Selon le journal Hindustan Times, l’IAF les exploite dans la région frontalière de Ladakh où les militaires sont en état d’alerte en raison du conflit frontalier avec la Chine.

Lire aussi:

Un séisme de magnitude 8,2 frappe l’Alaska, un risque de tsunami - vidéos
Pfizer explique comment augmenter la protection contre le variant Delta
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Deux roquettes tirées à l'aube près de l'ambassade américaine à Bagdad
Tags:
livraisons, Rafale, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook