Défense
URL courte
Par
207960
S'abonner

Le ministère français de la Défense a confirmé que le planeur hypersonique français V-Max, dont la création avait été annoncée en 2019, effectuerait son premier vol d’essai dès cette année.

Le premier vol d’essai du planeur hypersonique V-MaX (pour Véhicule Manœuvrant eXpérimental) aura lieu «dans les prochains mois», a annoncé la ministre française de la Défense, Florence Parly, confirmant ainsi sa propre déclaration d’il y a deux ans.

«Vous savez certainement que la France, comme beaucoup d’autres grandes nations militaires, développe des planeurs hypersoniques. Notre démonstrateur V-Max devrait accomplir son premier vol dans les prochains mois», a indiqué Mme Parly dont les propos sont repris dans un communiqué du ministère.

Mme Parly avait promis dès 2019 que le premier essai en vol de cet appareil capable d'atteindre une vitesse de 6.000 km/h aurait lieu fin 2021. Depuis, il n’y a pas eu beaucoup de nouvelles sur la réalisation de ce projet.

L’armée effectue un test avec une trajectoire inhabituelle

Pourtant, les attentes concernant l’apparition de V-Max seraient grandes, à en juger par les suppositions apparues sur les réseaux sociaux après l’émission de deux avertissements de navigation par la Direction générale de l’armement (DGA) en avril. Ceux-ci portaient sur quatre zones de l’Atlantique Nord et montraient une trajectoire atypique pour un missile balistique.

​«S’agit-il d’un essai du missile balistique M51.3 ou du planeur V-MAX?», s’est notamment interrogé un utilisateur de Twitter.

D’ailleurs, la Défense a précisé le 28 avril avoir réalisé un tir d'essai d'un missile balistique M51, sans charge nucléaire, depuis le site de la DGA-EM implanté à Biscarrosse, dans les Landes.

Vitesses inédites «de 6.000 à 7.000 km/h»

«Ces planeurs hypersoniques sont capables de franchir les défenses aériennes les plus perfectionnées: ce sont des missiles qui pourront atteindre des vitesses inédites de 6.000 à 7.000 kilomètres par heure, autrement dit, parcourir la distance entre Dunkerque et Nice en 12 minutes», a précisé la ministre.

Le planeur, dont la conception a été confiée à Arianegroup, sera un appareil autonome sans moteur, propulsé par le missile de croisière air-sol ASN4G.

D’autres pays se dotent aussi d’armes hypersoniques

Selon la Défense, il s'agit de s'assurer que la France ne sera pas à la traîne dans la conception d'armes hypersoniques. D’autant plus que les États-Unis, la Russie ou la Chine travaillent dans ce domaine depuis longtemps.

En décembre, le ministère russe de la Défense a notamment publié une vidéo du chargement dans un silo d’un missile balistique intercontinental avec un planeur hypersonique Avangard. Cette opération a eu lieu dans le cadre de l’équipement de la division de missiles d’Orenbourg en blocs hypersoniques Avangard.

Le 8 mars, l’US Air Force a annoncé que les tests du missile hypersonique AGM-183A de Lockheed Martin, alias ARRW (Air-launched Rapid Response Weapon ou «Arrow»), commenceraient dans les 30 prochains jours. L’engin a été livré le 1er mars à la base aérienne d’Edwards, en Californie, et installé à bord du bombardier B-52H Stratofortress qui subirait des tests au sol préliminaires.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
Florence Parly, missiles hypersoniques, armes hypersoniques, V-MaX, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook