Défense
URL courte
Par
579442
S'abonner

Un Mirage 2000 s’est écrasé ce 20 juillet dans la région de Hombori, dans le nord du Mali, selon l’armée française. En ce qui concerne les deux pilotes, ils sont «sains et saufs». Il a été précisé que l’avion avait chuté suite à un problème technique.

Selon le porte-parole de l’armée française, le colonel Pascal Ianni, un avion militaire français Mirage 2000 s’est écrasé ce mardi 20 juillet dans le nord du Mali.

Il a ajouté que les deux pilotes qui étaient à bord de l’appareil sont «sains et saufs». La chute a eu lieu dans la région de Hombori, détaille le militaire. Toutefois, il a été précisé que l’un d’entre eux avait été légèrement blessé. Il a été dirigé vers la base de Gao.

Il a évoqué un problème technique comme cause de l’accident. En outre, une enquête a été lancée pour établir toutes les circonstances de cette chute.

L'accident s'est produit au cours d'une mission d'appui aérien au profit d'un Groupement tactique désert (GTD) français et d'une unité des forces armées maliennes, en reconnaissance le long de la route nationale 16 au sud d'Hombori, a précisé l’AFP.

Un groupe de recherche et de sauvetage au combat a immédiatement été engagé, à bord de deux hélicoptères Caïman, appuyés par deux hélicoptères Tigre, pour établir un dispositif de sécurité et récupérer l'équipage, relate l’agence.

La France au Sahel

Avec des armées alliées, la France mène l’opération militaire antidjihadiste Barkhane au Sahel. Toutefois, selon une déclaration d’Emmanuel Macron qui est intervenu plus tôt cette année, il est prévu de réduire le dispositif français dans la région et d’y maintenir qu’environ 3.000 hommes contre 5.100 aujourd'hui.

Lire aussi:

Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
«Contrôler les Arabes et les Noirs»: une députée LFI s’insurge après une annonce de la SNCF
Tags:
chute, Mirage 2000, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook