Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    UN ANCIEN MINISTRE RUSSE DES COMBUSTIBLES ET DE L'ENERGIE ESTIME QUE LA GUERRE IRAKIENNE PROVOQUERA UNE CRISE DANS LA REGION

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    BAGDAD, 5 février (de notre correspondant Pavel Davydov). La guerre en Irak provoquera une longue crise dans la région, a estimé mercredi, dans une interview à RIA-Novosti, le président du Comité de la coopération culturelle, scientifique et des affaires avec l'Irak Iouri Chafranik, ancien ministre russe des Combustibles et de l'Energie, qui effectue une visite à Bagdad.

    Des flambées inévitables de prix mondiaux du pétrole auront également un impact négatif sur l'économie russe. Il suffit que les prix du brut soient inférieurs à 15 dollars le baril pendant trois mois pour que la Russie soit de nouveau mise en défaut de paiement de sa dette comme c'était le cas en 1998, a relevé M.Chafranik.

    La guerre irakienne ne répond aux intérêts de personne, y compris de la Russie, à son avis.

    La Russie n'a pas le droit de tergiverser dans le dossier irakien en tant que successeur en droits de l'URSS, membre permanent de Conseil de Sécurité de l'ONU et du G8. La Russie doit préconiser le règlement pacifique de la crise. Sinon elle perdra son autorité dans le monde arabe, a estimé le responsable.

    Il faut "montrer un tunnel menant à une lumière et non bloquer la sortie à l'Irak".

    Dans le même temps, la Russie ne doit pas s'opposer aux Etats-Unis, une grande puissance et le plus grand consommateur de pétrole au monde, qui ont leurs propres intérêts dans les régions comme celle de l'Irak.

    "Il ne faut cependant pas oublier les intérêts russes en Irak. Nous y avons lancé beaucoup de projets, des milliers de Russes y travaillent et des centaines de milliers de personnes œuvrent pour la réalisation de projets irakiens en Russie. La Russie a des intérêts directs en Irak et doit en avoir dans l'avenir". Seuls des projets et des contrats concrets peuvent en être le gage, a souligné M.Chafranik.

    La coopération économique pétrolière russo-irakienne est possible même sur la toile de fond des sanctions qui devraient être âllégées.

    Le programme de collaboration commerciale et économique entre la Russie et l'Irak pour les dix ans à venir prévoit la réalisation de projets dont le coût est estimé à quelque 40 milliards de dollars, a rapporté le responsable russe.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik