Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    LE PREMIER MINISTRE RUSSE PARLE DU PRINCIPAL FACTEUR QUI RALENTIT L'INTEGRATION AU SEIN DE LA CEEA

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 19 février. /RIA-Novosti/. L'un des obstacles les plus difficiles qui ralentissent les processus d'intégration au sein de la CEEA est la différence des niveaux de développement économique des pays membres de cette organisation, a estimé dans son intervention au Forum économique de la CEEA le premier ministre russe Mikhaïl Kassianov. Parmi les autres problèmes les plus embarrassants, il a cité le désaccord des transformations en cours dans les pays membres en ce qui concerne le rythme et la profondeur.

    Le chef du gouvernement russe a présenté ses félicitations au président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaiev, à l'occasion des progrès économiques réalisés par son pays. En Russie, les transformations demandent plus de temps, a-t-il dit.

    Parlant d'autres problèmes auxquels est confrontée la CEEA, Mikhaïl Kassianov a évoqué les divergences qui existent entre les législations des pays membres, d'où les difficultés auxquelles se heurte l'élaboration de projets multilatéraux. Il n'y a pas non plus de progrès notable dans la création de l'union douanière, a regretté le premier ministre russe. Au fait, a-t-il dit, trois pays seulement participent actuellement à ce processus : la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie.

    La coordination des positions des pays de la CEEA aux négociations sur l'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce est un autre problème d'actualité, a déclaré Mikhaïl Kassianov. En perspective la CEEA se fixe pour objectif d'assurer la liberté totale de la circulation de marchandises, de capitaux et de main-d'oeuvre, a-t-il rappelé. En s'attaquant aux problèmes de l'intégration, il importe grandement de mettre en place un dialogue constructif entre les milieux d'affaires et le pouvoir, a souligné le premier ministre. A l'heure actuelle, la CEEA se trouve à une étape de développement où la coopération doit se renforcer dans le secteur réel de l'économie. On a donc besoin de décider clairement où il est nécessaire de réaliser les projets communs. L'analyse des structures et des besoins des économies des pays de la CEEA a mis en évidence l'existence d'intérêts mutuels à coopérer dans des domaines comme l'énergie, le transport, l'agriculture, l'hydraulique, les télécommunications, a indiqué le chef du gouvernement russe.

    Mikhaïl Kassianov a annoncé que les recommandations du Forum économique seraient analysées par les gouvernements des pays membres et débattues à la prochaine réunion des premiers ministres des Etats de la CEEA qui se tiendra dans une semaine.

    Lire aussi:

    «L’Union européenne reste donc un projet tout à fait valide»
    Au téléphone avec Macron, Xi Jinping lui propose de construire la route de la soie
    La date provisoire du divorce entre Londres et l'UE révélée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik