Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    LE STATUT JURIDIQUE DE LA CASPIENNE AU CENTRE D'UN FORUM MEDIATIQUE A ALMA-ATA

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    ALMA-ATA, 25 avril (de notre correspondante Revmira Vochtchenko). Le statut juridique de la mer Caspienne est au centre du IIe Forum médiatique d'Eurasie qui s'est ouvert hier à Alma-Ata (Kazakhstan).

    Ce litige qui perdure depuis des années entre les cinq Etats riverains ne cesse d'agiter la presse internationale qui craint pour la sécurité en Asie centrale.

    "La Russie considère la Caspienne comme un moyen de raffermir son potentiel en ressources naturelles", explique Viktor Kalioujny, vice-ministre russe des affaires étrangères et représentant du Président pour le règlement du statut de la mer.

    "Il faut élargir l'exploitation des ressources, approfondir les gisements de pétrole exploités sur le plateau continental de la mer", estime-t-il.

    La Russie, le Kazakhstan, l'Azerbaïdjan et le Turkménistan ont convenu de partager le sous-sol par ligne médiane et d'exploiter en commun la colonne d'eau, mais la question du statut juridique ne peut être réglé que par un consensus des cinq, rappelle le vice-ministre russe.

    Pour sa part, le représentant iranien Mehdi Safari espère que cette idée sera favorablement accueillie dans son pays et qu'un document sur le statut juridique de la Caspienne sera signé très prochainement. Jusqu'à récemment, l'Irak prônait une division égalitaire du fond et des eaux de la mer.

    Le premier vice-ministre kazakh des affaires étrangères, Kaïrat Abousseïtov, a félicité les journalistes pour avoir accordé une grande attention à l'évacuation du pétrole vers les marchés mondiaux et à la protection des intérêts nationaux dans la région caspienne.

    "Ces problèmes ont réuni tous les cinq Etats riverains dans la même galère, et qu'ils ne la débordent jamais", a espéré le diplomate kazakh.

    Son collège azerbaïdjanais Khalaf Khalafov a pour sa part précisé que Bakou était prêt à soutenir les initiatives de ses voisins en matière d'exportation des hydrocarbures et à coopérer avec eux dans d'autres domaines - la pêche, la navigation, la protection de l'environnement et les communications.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik